back

available languages:

Les délégués de l'Office International du Coin de Terre et des Jardins familiaux se sont réunis à Luxembourg

LuxemburgLes 8 et 9 mars 2019, les délégués nationaux se sont réunis à Luxembourg pour leur assemblée générale statutaire annuelle.

Avant la réunion le président du comité exécutif Wilhelm Wohatschek et la secrétaire générale Malou Weirich avaient une entrevue avec Monsieur Romain Schneider, ministre de l’agriculture, durant laquelle ils ont pu lui présenter les nouvelles stratégies de l’Office.

Le ministre leur a confirmé qu’il allait soutenir la publication en plusieurs langues de la brochure « Le sol vit », tant moralement que financièrement.

Le comité exécutif et les délégués nationaux remercient vivement Monsieur le Ministre pour cette reconnaissance et son soutien.

 

luxemburgA côté des obligations statutaires, les délégués ont tiré les conclusions de la session d’étude à Courtrai. Ils ont continué à discuter les points clés pour une plus grande efficacité interne et externe de notre travail.

Le site internet de l’Office devra présenter des exemples de bonne pratique et devenir ultérieurement une plateforme pour présenter les connaissances et les expertises des jardiniers associés. A cet effet il a été décidé d’acquérir sur base d’une coopération entre deux ou plusieurs fédérations une expertise, par exemple dans les domaines: climat, eau, espace public.


luxemburgLa fédération néerlandaise a présenté ses activités, ses succès, ses problèmes et sa stratégie innovante pour l’avenir au cours d’une conférence très intéressante. En sus de ses activités courantes, la fédération ciblera particulièrement à l’avenir les jardiniers amateurs non membres dans la fédération.

Les autres fédérations ont aussi informé sur leurs activités. Cet échange de vue a révélé des informations intéressantes et a permis de donner – suivant les besoins spécifiques des fédérations – des suggestions pour agir au niveau national.

Les prochains numéros du Trait d’Union traiteront par exemple les sujets: justice environnementale, diversité des jardins familiaux, projets-pilotes des fédérations.

L’Office et les fédérations affiliées participeront de nouveau en 2019 à la semaine des alternatives aux pesticides et publieront un mémorandum sur le site internet de l’Office, sur les sites nationaux, ainsi que dans les magazines nationaux de jardins familiaux.

Les délégués nationaux se réuniront en assemblée générale le 21 août prochain lors de leur session d’étude à Graz  (Autriche).

La prochaine assemblée générale statutaire aura lieu les 6 et 7 mars 2020 à Luxembourg.


Jardins Familiaux Documentaire

Doku1Il y a plus de 100 ans, la première colonie de jardins familiaux a été fondée à Vienne. Aujourd'hui, il y a environ 36.000 parcelles de jardins familiaux, qui sont plus grandes que les 7 plus petits districts de Vienne réunis. Avec l'association des jardins familiaux 'Zukunft auf der Schmelz', Vienne possède même le plus grand complexe de jardins familiaux d'Europe dans une zone densément bâtie. Si ces jardins étaient autrefois importants pour la production alimentaire, ils constituent aujourd'hui essentiellement de petites oasis de loisirs d'une grande importance pour le climat, la biodiversité et le bien-être de toute la population viennoise.

Doku2Comme nous l'avons dit, les jardins familiaux font partie de Vienne depuis plus de 100 ans. Il est donc temps de présenter ces refuges au milieu de la grande ville tels qu'ils sont réellement. KleingartenTV a réalisé pour l'ORF (Société autrichienne de radiodiffusion) un film documentaire montrant ce qui fait la spécificité des jardins familiaux de Vienne. Du début de leur création à nos jours.

L'historien et écrivain Peter Autengruber connaît mieux que quiconque l'histoire des jardins familiaux viennois et connaît donc les anecdotes intéressantes de l'histoire des jardins familiaux à Vienne. Des images inédites tirées des archives de la fédération centrale donnent vie à l'histoire et offrent un aperçu d'une époque révolue et d'une époque révolue.

Doku3Un temps qu'Elisabeth Meindl a vécu elle-même. Elle a vécu dans un jardin familial à Vienne pendant près de 94 ans et a eu la gentillesse de partager ses souvenirs d'enfance et de jeunesse avec les spectateurs du documentaire. Des anecdotes sur l'histoire d'un témoin contemporain.

Wilhelm Wohatschek, le président de la Fédération centrale, a consacré sa vie aux jardins familiaux en Autriche et nous présenterons les réalisations de la Fédération centrale pour l'existence et la continuation de ces petits jardins à un large public dans ce documentaire de 25 minutes.

Doku4Mais ce ne sont pas seulement les jardins familiaux qui font de Vienne une ville spéciale. C'est avant tout les jardiniers associés. Avec Helga Lang et le groupe de femmes Floridsdorf comme exemples, nous montrons à quel point ces personnes sont importantes pour la société et comment des petites choses peuvent être transformées en de grandes choses.

L'étude sur la biodiversité réalisée par Gerhard Bedlan, professeur d'université à l'AGES (agence pour la santé et la sécurité alimentaire) pour le compte de la Fédération centrale, montre l'importance des jardins familiaux pour la vie dans la grande ville. Les résultats sont fascinants.

Doku5Bien entendu, KleingartenTV fait aussi une incursion à travers les abris, les champs de récolte et les vergers et à travers les jardins familiaux eux-mêmes dans le documentaire de l'ORF.

La diffusion du documentaire a eu lieu le samedi 9 mars 2019



 


Semaine internationale verte – la fédération allemande des jardiniers associés (BDG) était un interlocuteur recherché

Situé dans le cadre d'une mer fleurie composée de tulipes, de jonquilles et de primevères à la limite d'une imitation en palettes de bois de la ville de Berlin, le mouvement des jardins familiaux de Berlin, la Schreberjugend allemande et la fédération allemande des jardiniers associés (BDG) se sont présentés au cours de la semaine internationale verte de 2019 dans le hall floral, en mettant en avant une connaissance horticole approfondie.

Le BDG a coopéré avec la Schreberjugend allemande. Les visiteurs ont reçu des informations utiles concernant la construction de plates-bandes surélevées, le jardinage naturel et des actions pour favoriser la diversité des insectes et des plantes. Et comme il se doit, le transfert de connaissance fonctionne au mieux avec une démonstration pratique: avec une perceuse, un marteau et des plaques de bois, des centaines de petits hôtels d'insectes ont été construits. Ces derniers ont pu être ramenés directement à la maison par les propriétaires.

Des visiteurs haut placés comme la ministre de la famille Franziska Giffey, le secrétaire d'Etat Gunther Adler (IMC), le secrétaire parlementaire Marco Wanderwitz (IMC) n'ont pas omis de faire un tour à travers le hall floral et ont eu ainsi un avant-goût du printemps prochain. Ils ont témoigné leur intérêt lors de leur visite du stand des jardiniers associés. Ainsi au bord des discussions, le BDG a eu l'occasion d'aborder des questions importantes telles que la réforme de l'impôt foncier.

Sandra von Rekowski, associée de recherche

 

de1

 

Viola Kleinau (membre du conseil d'administration du BDG), Stefan Grundei (directeur du BDG), la ministre fédéral de la famille Franziska Giffey, Guido Beneke (directeur national de la Schreberjugend allemande)

 

 

de2

 

 

 

En discussion: Guido Beneke (directeur national de la Schreberjugend allemande), Stefan Grundei (directeur du BDG), Viola Kleinau (membre du conseil d'administration du BDG), Gunther Adler (secrétaire d'Etat BMI)

 

de3

 

 

De gauche à droite: Guido Beneke (directeur national de la Schreberjugend allemande), Oliver Gellert (directeur de la fédération nationale de Berlin de la Schreberjugend), Stefan Grundei (directeur du BDG), Marco Wanderwitz (secrétaire parlementaire IMC), Hardy Reckziegel (président fédéral de la Schreberjugend allemande), Jürgen Maßalsky (membre du conseil d'administration du BDG)

 

Le crocus au rendez-vous du printemps

Texte Simone Collet
Les dernières plaques de neige à peine disparues, les ravissantes corolles des crocus apparaissent déjà, fragiles étoiles aux fraîches couleurs annonçant le printemps.

crocusAvec leurs corolles unies, voire panachées, rayées ou dotées d'un dégradé de couleurs, ces mignonnes fleurettes sont largement répandues sous nos latitudes. On les trouve dans les jardins, les parcs, les pelouses, les rocailles, voire en pot ou en jardinière sur les balcons et les terrasses; ainsi que dans les sous-bois, le long des chemins et au pied des arbres.

Originaires d'une vaste région d'Europe allant des Alpes à la Méditerranée, les crocus appartiennent à la famille des iridacées, qui a pour emblème le royal iris.

Un panel de variétés
On compte dans le monde entre 70 et 80 sortes de crocus et il existe un grand nombre de variétés horticoles. Leur nom vient du sanscrit kunkumann, devenu en grec krokos, qui signifie safran.

La variété Crocus sativus est connue depuis plus de 3'500 ans dans le monde entier pour la qualité de son safran, qui a fait en particulier la réputation du village producteur de Mund, dans le Haut-Valais (Suisse); il bénéficie d'une Appellation d'origine contrôlée. Le safran est l'épice la plus chère du monde. Ce qui se comprend aisément si l'on considère que pas moins de 150 fleurs sont nécessaires pour produire un seul gramme de safran. Mais quelle puissance aromatique!

On distingue les crocus plantés en automne qui fleurissent au printemps et ceux plantés au printemps qui s'épanouissent aux portes de l'automne (colchiques). L'une des variétés tardives du crocus est en effet le fameux colchique célébré dans la nostalgique comptine enfantine: «Colchiques dans les prés fleurissent, fleurissent… Colchiques dans les prés, c'est la fin de l'été».

Cependant, la plupart des crocus fleurissent au printemps dès la fonte des neiges. Ces variétés précoces sont providentielles pour les abeilles affamées et les autres insectes pollinisateurs après la longue période hivernale. En leur offrant une première alimentation de pollen et nectar, elles leur permettent de passer une période critique.

crocusLa plantation
Un lieu exposé au soleil ou faiblement ombragé convient à la plantation. Les crocus aiment la lumière, mais pas l'humidité: comme on peut facilement le constater, ils s'ouvrent au soleil et se ferment quand il pleut.

Les bulbes, aussi appelés cormes, seront placés à une profondeur de 5 cm environ, si possible par groupes de 5 à 10 séparés les uns des autres par une dizaine de centimètres, afin d'obtenir une floraison harmonieuse. Une simple terre de jardin bien drainée, dont on aura éventuellement travaillé la surface en incorporant du sable, convient parfaitement. Si les bulbes sont plantés en pot ou en jardinière, la terre comprendra un tiers de terre végétale, un tiers de terreau pour plantation et un tiers de sable. Après la plantation il faut recouvrir de terre, tasser légèrement, puis arroser.

Par la suite, les crocus se cultivent sans chichi et se multiplient même naturellement d'une année à l'autre sans qu'il soit nécessaire d'intervenir. Pendant la saison froide, il est cependant bien de veiller à ce que la terre ne soit pas trop détrempée. On fera en outre attention à ne pas couper les feuilles avant qu'elles soient jaunies et flétries, afin de permettre à la plante de reconstituer ses réserves après la floraison. Quant aux fleurs fanées, elles sont si possible éliminées au fur et à mesure.

Sus aux prédateurs!
Les crocus sont des plantes rustiques qui résistent vaillamment aux maladies et aux ravageurs, mais ne peuvent rien contre la voracité de certains ennemis. Jardiniers, prenez garde aux souris, mulots et autres rongeurs qui se régalent sans pitié des jeunes bulbes.

Photos: Simone Collet

Les plantes envahissantes et toxiques

LUDans le cadre de la planification d'un nouveau siège pour la ligue CTF à Luxembourg, une délégation a visité les 13 et 14 janvier dernier l'école et le siège de la fédération des jardiniers associés de Westphalie-Lippe.

A l'occasion de l'exposition nationale d'horticulture en 1996 à Lünen, un centre au milieu d'un grand parc a vu le jour. Ce centre permet de remplir des fonctions éducatives et administratives.

L'immeuble lui-même a reçu un prix d'architecture.

Il est entouré de quelques jardins éducatifs, permettant de donner aussi aux jardiniers associés des cours pratiques.

LU2Nous avons eu la possibilité de nous informer de façon approfondie sur la création de ce centre et d'avoir un échange avec le président Wilhelm Spieß et le directeur Werner Heidemann sur les problèmes qui se sont révélés au cours de la réalisation de ce projet.

Nous étions impressionnés tant par ce projet, que par l'hospitalité particulièrement chaleureuse des collègues à Lünen.

Martin Mergen (Présidente), Otmar Hoffmann (Vice-président), Léo Wietor (Vice-président)

entrées précédentes

mentions légales ::: contact ::: accueil ::: plan du site ::: FACEBOOK facebook