back

available languages:

Les jardins familiaux un grand succès au Parlement

Suite à un très court préavis, Phil Gomersall, président de la fédération anglaise des jardins familiaux, est allé le lundi 25 juin au Parlement afin de donner, avec quelques autres regroupements, une courte présentation lors de l'ouverture de la « Parliamentary Evidence Week » (Semaine parlementaire de présentation), qui viens d'être créée.

C'était un énorme succès et notre message a eu un grand retentissement auprès des parlementaires présents.

Phil Gomersall est d'avis que ceci est un domaine dans lequel nous pouvons faire à l'avenir notre contribution au niveau gouvernemental.

GB180307_2gauche: Norman Lamb, président de la commission des sciences et de la technologie de la chambre des communes lors de l'ouverture de la semaine parlementaire de présentation (Parliamentary Evidence Week)

GB180307

 

droite: Phil Gomersall avec Mary Creagh MP, présidente de la commission du contrôle environnemental de la chambre des communes et Anne Pike de l'association apicole du Somerset

Félicitations - Le président de la National Allotment Society (fédération anglaise des Jardins Familiaux) a reçu la British Empire Medal.

Sa Majesté la reine a gracieusement approuvé que Philip Gomersall de Rawdon reçoive la British Empire Medal (BEM) pour les services rendus à l'horticulture dans le Yorkshire et soit inscrit sur la liste d'honneur établie pour son anniversaire en 2018.

GB180619_1Phil Gomersall assume de nombreuses fonctions dans le cadre du mouvement des jardins familiaux rangeant de la présidence de la fédération nationale (NAS), par la présidence du comité exécutif de la fédération des jardiniers associés du Yorkshire, passant par la fonction d'agent de publicité de la fédération des jardins familiaux de Leeds et le secrétariat de l'association des « Victory Garden Allotments Association », à Rawdon. Il représente aussi les jardiniers associés anglais à l'Office International du Coin de Terre et des Jardins familiaux.

Pendant de nombreuses années il a stimulé les jardins familiaux et a informé sur les nombreux avantages que le jardinage familial peut offrir. Il est très travailleur et jovial.

Il a joué un rôle prépondérant dans la création de beaucoup de jardins de démonstration lors des « Harrogate Flower Shows », « Great Yorkshire Show » et même « Chelsea ».

GB180619_2En plus de ce qui précède, il est le vice-président de « Rawdon in Bloom », une organisation dont le but est d'améliorer l'environnement local de Rawdon, de la localité où il vit.

Phil Gomersall dit : « qu'il y a beaucoup d'autres personnes comme lui qui stimulent et donnent des conseils concernant le jardinage familial à travers tout le pays, mais que son approche peut être légèrement différente avec un peu plus d'enthousiasme et de tempérament lors de la promotion des nombreux avantages du jardinage familial ».

Il est extrêmement fier d'avoir reçu cette médaille et est toujours subjugué par la nouvelle. Mais il ne sortait pas moins le lendemain matin pour placer des bacs à fleurs dans son village de Rawdon.

Journée du jardin a de nouveau eu lieu le 10 juin 2018
Il ne peut y avoir plus vert!
La raison pour laquelle nous célébrons la Journée du Jardin

Les villes en Allemagne s'agrandissent constamment. Les jardins familiaux oeuvrent pour que nous ne devions pas vivre dans des déserts de béton, mais que la verdure ait la possibilité de croître. « Celui qui veut que nos villes, même avec leurs populations grandissantes, gardent une bonne qualité de vie, ne peut renoncer aux jardins familiaux » a expliqué Peter Paschke, président de la fédération allemande des jardins familiaux (BDG) l'organisation centrale des jardiniers associés allemands. Les jardins familiaux sont toujours en Allemagne une partie intégrante de toutes les villes et de toutes les communes. Or, ceci est en train de changer dans les zones rurales. Dans les grandes villes pourtant, leur développement est toujours très important, car les jardins familiaux ne permettent pas seulement d'économiser de l'argent, mais rassemblent aussi les gens, favorisent une nourriture saine et offrent de la détente après une journée stressante. Mais ils ont encore une autre valeur ajoutée. Ils offrent en effet des terrains de compensation pour le climat urbain, ils sont des lieux permettant aux citadins de respirer, des biotopes de la biodiversité et une bibliothèque du savoir dans le domaine des aptitudes horticoles. Depuis toujours les jardiniers associés répandent leurs connaissances loin au-delà des limites de leurs ensembles – fait qui est chaque année souligné par la journée du jardin.

Un grand nombre des quelques 15.000 associations de jardins familiaux, existant à travers tout le pays, encouragent les citadins à jeter au cours de cette journée un coup d'oeil dans ces oasis vertes et à découvrir de façon pratique et directe la nature de la ville. Nature de la ville? Mais oui. Le jardinage respectueux de la nature est depuis longtemps une des priorités des jardiniers associés. Au lieu de vouloir obtenir une production la plus large possible, les jardiniers associés veulent obtenir de la qualité: Beaucoup d'associations renoncent de façon volontaire à utiliser des pesticides, cultivent de vieilles espèces et sortes de plantes et contribuent ainsi à la sauvegarde de la biodiversité. Des conseillers en jardinage bien formés oeuvrent dans les associations pour que même les nouveaux jardiniers apprennent tout ce qui est nécessaire en matière d'un jardinage proche de la nature. La fédération allemande s'engage pour que les jardins familiaux soient perçus spécialement dans les villes comme une partie essentielle des infrastructures vertes – et non pas comme des terrains potentiels de construction. Car les villes croissantes, dans lesquelles on ne tolère plus que des plantes poussent, ne garderont pas longtemps la qualité nécessaire à une vie agréable.

Voilà pourquoi chaque deuxième dimanche du mois de juin nous célébrons la journée du jardin. Le but en est de faire prendre aux gens conscience de l'importance des jardins familiaux pour le bien-être des hommes et de la nature dans la ville et dans la campagne.

En célébrant cette journée, les jardiniers associés veulent faire connaître aux gens la joie du jardinage urbain et sensibiliser de nouveaux fermiers pour l'idée du jardin familial.

Cette année la journée du jardin a eu lieu le 10 juin dernier. L'ouverture solennelle a eu lieu à Munich.

Auteur Thomas Wagner, Membre scientifique de la fédération allemande

Biodiversité dans les jardins familiaux viennois

Au nom de la fédération centrale autrichienne des jardins familiaux une étude de la biodiversité sur trois ans se déroule depuis deux ans dans 40 jardins se trouvant dans les quatre zones climatiques les plus importantes de Vienne.

L'accent est mis sur le recensement des arbres, buissons, arbustes, légumes et herbes (excepté le gazon, les biotopes humides et les plantes en pot) ainsi que des punaises, cigales et champignons phytopathogènes. Les jardins sont visités et inventoriés plusieurs fois par an (ramassage des insectes avec un filet/ épuisette).

Il était intéressant de constater que selon la zone climatique concernée, entre 172 et 250 espèces respectivement genres de plantes appartenant à près de 82 familles de plantes ont été trouvés dans les jardins.

En ce qui concerne les pathogènes de plantes, il faut même relever une première découverte mondiale d'un Perenospora Albugo Brevia (mildiou), dénommé «Asteromella forsythiae Bedlan » trouvé dans le 14ème arrondissement de Vienne. En outre, il y avait une première découverte d'une maladie fongique déjà connue en Autriche et plusieurs découvertes pour Vienne.

Parmi les punaises et cigales trouvées et déterminées on a noté que 56% des punaises de la famille des punaises terrestres domestiques et 50% des familles de cigales domestiques peuvent être trouvées dans nos jardins familiaux.

En automne prochain le relevé des données de cette vaste étude sera terminé. Or l'évaluation et l'interprétation des résultats ne sera probablement disponible qu'au cours de l'année 2019.

 

 

Les bâtisseurs du sol, une biodiversité riche mais méconnue

Dans un jardin potager nous ne connaissons que trop bien l’importance du sol. Sans un sol de qualité, difficile d’obtenir une belle récolte sans produits phytosanitaires. Un sol pauvre en nutriments n’est pas la seule chose que le jardinier doit craindre : la diminution de la biodiversité présente (notamment en cas d’utilisation de pesticides, fongicides ou autres intrants chimiques) peut être catastrophique pour les récoltes.

Car oui, sous nos pieds, une multitude d’êtres vivants s’affaire à rendre le sol qui nous est si cher de bonne qualité. Sans cette biodiversité, le sol se meurt. En tant que matière inerte, le sol a besoin de cette faune pour se régénérer. Vous vous demandez qui sont ces bâtisseurs du sol ?

Qu’est-ce que le sol ?

En pédologie, (l’étude scientifique des sols), le sol n’est pas seulement étudié en termes de composition, mais aussi de vie, car l’un ne peut aller sans l’autre. De la biodiversité présente résulte la composition chimique, la qualité, et de cette qualité résulte aussi la biodiversité. Le fonctionnement du sol est donc cyclique, ce qui en fait à la fois sa force et sa fragilité.

01Dans son ‘Guide pour l’étude expérimentale du sol’, Albert Demolon, pédologue, définit le sol comme suit : ”la formation naturelle de surface, à structure meuble et d’épaisseur variable, résultant de la transformation de la roche mère sous-jacente sous l’influence de divers processus, physiques, chimiques et biologiques, au contact de l’atmosphère et des êtres vivants“.

Sans rentrer dans les détails de composition d’un sol, puisque nous nous intéressons ici à la biodiversité plutôt qu’à sa composition, nous pouvons néanmoins en faire un schéma synthétique.

La biodiversité a un rôle essentiel concernant la fertilité du sol, la protection des cultures, la lutte contre l’érosion des sols, le bon drainage des ressources ou apports en eau et peut aussi avoir un rôle de décontamination.

 

02Mais de quoi se compose la biodiversité du sol ?

La biodiversité du sol peut-être divisée en quatre familles :
-     La mégafaune, présente en surface : crapauds, serpents, taupes…
-     La macrofaune, visible à l’oeil nu : vers de terre, fourmis, larves…
-     La mésofaune, visible à la loupe : acariens, collemboles…
-   La microfaune visible au microscope : protozoaires, nématodes, champignons, bactéries, algues…


03Chacune de ces familles a un rôle précis sur la structure du sol. La macrofaune que les jardiniers connaissent bien, tels que les vers de terre ou les fourmis sont ce que l’on appelle des “ingénieurs physiques” c’est-à-dire qu’ils sont en charge de son renouvellement ; ils composent les habitats pour les autres organismes du sol, s’occupent du partage des matières organiques et de la bonne distribution de l’eau.04


La mésofaune a un rôle de “régulateur” concernant la population de microorganismes présents dans le sol et donc des prédateurs pouvant permettre de sauver vos cultures des diverses maladies liées à des champignons ou bactéries présents en trop grand nombre dans le sol. Ces micro-organismes sont, eux, les ”ingénieurs chimistes” du sol. Ils sont en charge de la décomposition des matières organiques permettant ainsi un apport en éléments nutritifs. Ils sont également capables de dégrader certains polluants.

 

Comment favoriser cette biodiversité ?

• Eviter de labourer le sol

Combien de jardiniers passent le motoculteur dans leurs jardins ? Beaucoup trop. Nous savons qu’avec l’âge le travail du sol peut devenir très difficile pour les jardiniers, mais savez-vous que si vous amendez correctement votre sol celui-ci retrouvera tout son équilibre et vous n’aurez plus besoin de forcer pour avoir une terre meuble ? De plus, lorsque vous utilisez le motoculteur trop profondément, vous pouvez délocaliser les espèces de leur niveau d’habitat naturel, ainsi tout sera sens dessus-dessous et plus personne de s’y retrouvera, sans oublier la mort de beaucoup de vers et autres. Car, oui, ne l’oublions pas, un ver de terre coupé en deux meurt nécessairement.

• Equilibrer l’apport de matière organique

Les jardiniers que nous sommes savent qu’il est important de veiller à l’apport de matière organique (par exemple du compost). En plus d’apporter des nutriments issus de la matière organique assimilée par la biodiversité présente, cela nous permet également de protéger notre sol et ainsi d’améliorer la capacité de rétention d’eau.

• Ne pas utiliser d’intrants chimiques. Chez nous, c’est tout bio !

Nous ne le répèterons jamais assez, cessez l’utilisation de produits phytosanitaires. La biodiversité qui maintient et travaille votre sol ne vous en sera que plus reconnaissante et vos cultures plus belles. Il existe désormais de nombreuses solutions biologiques pour vous aider à lutter contre de potentielles invasions ou infections.

• Utiliser des engrais-verts pour minimiser l’érosion

Un sol nu est sensible à toutes sortes de choses, et notamment aux intempéries, que ce soit la pluie, le vent, la sécheresse, etc. En période de culture, ne lésinez pas sur les couvertures végétales et le paillage. En plus de conserver la chaleur du sol cette couverture permettra de conserver l’eau plus longtemps. Dans des périodes de sécheresse comme cette année où le pluviomètre reste faible, cela ne peut que donner un coup de pouce au jardin.

Si vous décidez de laisser une plate-bande sans culture à une période moins faste ou en cas d’absence, n’hésitez pas à utiliser des engrais verts (ex : vesce, moutarde etc.) qui nourriront et protègeront votre sol et in fine serviront de couverture végétale pour vos autres cultures.

Malvina Beauclair

entrées précédentes

mentions légales ::: contact ::: accueil ::: plan du site ::: FACEBOOK facebook