back

available languages:

Pourquoi n'en choisir qu'un alors qu'on peut en avoir deux!

La fédération "Tuinhier" a commencé l'année 2020 non seulement avec un, mais avec deux nouveaux présidents.

Après trois ans, notre ancien président Roel Deseyn a voulu transmettre la responsabilité. Pendant sa présidence notre organisation est devenue plus professionnelle dans sa façon de communiquer et notre travail a été optimisé par un tout nouveau programme informatique.

Quels sont les avantages de deux présidents?
Thomas LemmensIls peuvent échanger et discuter ensemble les idées avant de les lancer. Dans certains dossiers ils pourront aussi réagirde manière plus nuancée. Ensemble ils auront un plus grand contact avec les conseils locaux, et ce qui est peut-être le plus important, ils peuvent diviser la charge de travailet être plus présents dans les activités à travers toutle pays.

Jan Desimpelaere

 

Qui sont nos nouveaux présidents?
Thomas Lemmens est un bénévole dans deux de nos groupes de travail, il écritrégulièrement pour notremagazine et il est un de nos experts en matière de jardinage qui enseigne dans les conseils locaux.

Jan Desimpelaere est actif en tant que président d'un conseil local depuis plusieurs années. Il a rejoint notre organisation grâce à l'activité de son père. Il est également actif dans de nombreux groupes de travail.

 

 

Quels sont leurs objectifs?
Continuer à travailler pour plus de transparence, pour mieux nous faire connaître en tant qu'association et pour encourager l'implication des conseils locaux dans la réalisation de notre mission. Ils souhaitent échanger plus d'informations entre les bénévoles et avec nos partenaires. Enfin, leur rêve ultime est que nous soyons reconnus comme le centre d'expertise flamand en matière de jardinage de loisir.

Nous tenons à remercier Roel pour ses efforts et son énergie engagée. Nous souhaitons également bonne chance à nos deux nouveaux présidents Thomas et Jan pour les six années à venir.

Début de l'année 2020

Malou WEIRICH Chers amis jardiniers

« Si tu veux construire un bateau, ne rassemble pas tes hommes et femmes pour leur donner des ordres, pour expliquer chaque détail, pour leur dire où trouver chaque chose. Si tu veux un bateau, fait naître dans le cœur de tes hommes et femmes le désir de la mer » (Antoine de Saint-Exupéry).

Vous êtes devenus membres de notre organisation en raison de votre désir d'obtenir une parcelle de jardin et donc de pouvoir faire de l'exercice, d'avoir une alimentation saine, un passe-temps à l'air frais, entourés d'amis. Votre comportement sur votre parcelle vous permet en même temps de contribuer à un environnement sain, une meilleure qualité de vie dans les villes, et de réagir au changement climatique.

Pour concrétiser cette vision, nous devons maximer l'impact de nos actions. Notre organisation tant, au niveau national qu'international, a besoin à cette fin d'une bonne santé ainsi que des moyens appropriés pour atteindre ces objectifs.

Nous sommes une organisation de membres. Quelquefois nous constatons que le nombre des membres stagne. Ainsi nous devons d'abord régler la question de nos membres, accueillir de nouveaux membres, les inclure réellement et leur offrir des services et de l'aide.

Nous devons attirer des jeunes, vaincre la résistance de certains membres de longue date au changement, questionner la prétendue inadaptation de nos ensembles et de nos activités, réagir et devenir plus attrayants. Nous devons changer notre discrétion, notre absence fréquente ou notre apparence non optimale dans les médias sociaux, mettre en évidence les avantages de notre action commune et de notre réseau, organiser des projets, des activités et proposer des formations.

Nos associations et fédérations ne sont pas toutes suffisamment motivées pour avoir un impact, ne savent pas ce que font les autres et comment elles pourraient participer à des projets pour devenir plus fortes en étant unies. Elles doivent donc se positionner de manière à pouvoir travailler efficacement et devenir attractives afin de s'intégrer dans les projets de vie de leurs membres. Elles ne peuvent pas rivaliser avec les priorités des gens : travail, famille, loisir......Au contraire, elles doivent se présenter de telle manière qu'elles attirent une personne intéressée et que cette personne les intègre dans sa planification de  vie, ses priorités.

Différentes fédérations ont déjà modifié leurs statuts, d'autres fédérations et l'Office sont en train de le faire, pour devenir plus efficaces, et pour prendre en compte les données actuelles et faire connaître d'une façon adéquate notre vision pour l'avenir.

La disparition irrévocable de plantes et d'animaux est bien connue et préoccupe de plus en plus les citoyens. Nous devons partant toujours davantage aborder cette question à tous les niveaux et mener à bien des projets pour y répondre.

Les jardins familiaux sont des refuges pour les animaux et les plantes. Nous devons continuer à faire des analyses du sol et offrir une formation au jardinage respectueux de la nature.

Pour aider tous les jardiniers associés, l'Office prépare une brochure intitulée: « Le sol est vivant ». Grâce à l'attribution du diplôme concernant un jardinage respectueux de la nature, nous disposons aussi d'une base de données qui peut être stimulante pour tous et un exemple de bonne pratique horticole.

Remettez en question vos actions et donnez-vous au cours de cette nouvelle année les moyens de mettre efficacement en pratique la vision qui guide le mouvement des jardins familiaux.

Je vous souhaite une bonne santé, du courage, de l'ambition, de la persévérance et du succès pour 2020.

Malou WEIRICH
Secrétaire générale de l'Office International du Coin de Terre et des Jardins Familiaux

L'hellébore noir, une rose pour Noël

Texte Simone Collet / Photo Bernard Villat

Quand les fleurs de nos jardins se sont fanées s'épanouit enfin la corolle de l'hellébore noir, étoile miraculeuse éclairant de sa grâce la terre désolée

NieswurzAu sein de la prolifique famille des renonculacées, les hellébores comprennent quelques espèces que le plus souvent nous ne remarquons guère. Qui se soucie de l'hellébore fétide? ou de l'hellébore verte? ou de l'éranthe d'hiver? ou de l'hellébore blanche (ou veratre)? Pas grand monde, vous en conviendrez…
Cependant il est une qui rassemble à nos yeux toutes les beautés et fait l'unanimité: c'est l'hellébore noir (Helleborus niger). Connue surtout sous le joli nom de rose de Noël, elle apporte dans nos jardins une grâce et une poésie à nulle autre pareille avec sa jolie corolle blanche ourlée de mauve ou de rose pâle. On peut même trouver de nos jours des variétés à corolle jaune, rose, verte, violette ou pourpre.

Une origine alpine

Au royaume glacé des très rares fleurs hivernales, il faut bien une plante originaire des sommets alpins pour pouvoir résister aux assauts du climat des mois les plus rigoureux de l'année. A noter malheureusement que, même dans son berceau alpin d'origine, l'hellébore noire tend à se raréfier et figure désormais sur la liste des espèces à protéger.
Une température de – 15°C ne fait pas peur à notre courageuse plante! Vous l'aiderez tout de même en lui paillant galamment le pied.

Cultiver l'hellébore au jardin

L'hellébore noir se plante dès le mois de novembre. La mignonne craignant surtout la chaleur, choisissez pour l'installer un endroit protégé des rayons directs de l'astre du jour. Un lieu ombragé, avec du soleil seulement le matin ou le soir, lui conviendra parfaitement. Ne l'exposez pas en plein vent, mais à l'abri d'un muret ou d'un arbuste feuillu pour la protéger des assauts de la bise.
La qualité du sol a évidemment son importance. Cette plante apprécie une terre humide et légèrement sablonneuse. Vous pouvez enrichir le sol avec votre compost ou un terreau destiné aux plantes vivaces fleuries. Avant la plantation, n'hésitez pas à tremper carrément sa motte dans de l'eau. Veillez à séparer les plants d'à peu près 30 cm de distance pour permettre aux racines de se développer. Arrosez-les généreusement, puis essayez de ne plus jamais les déplacer, car les hellébores noires n'aiment pas les déménagements.
L'entretien se résume à peu de choses: il vous faudra supprimer les feuilles flétries ou tachées, voire en surnombre; et ôter les fleurs fanées au fur et à meure, ce qui stimulera l'apparition de nouveaux boutons.
C'est au jardin que la rose de Noël trouve l'habitat qui lui convient le mieux, mais on peut aussi la cultiver en jardinière pour la terrasse ou en pot pour le balcon, à condition cependant de lui apporter un peu d'engrais.

En attendant la floraison

Il vous faudra ensuite maîtriser une bien compréhensible impatience car, après la plantation, vous devrez attendre deux ans pour voir la première floraison. Mais quelle floraison!
"Tout vient à point à qui sait attendre", dit le proverbe. C'est en effet un merveilleux bouquet qui jaillira du sol au cœur de l'hiver et viendra récompenser votre patience. Mieux encore, votre rose de Noël refleurira dès lors fidèlement chaque hiver et vous réjouira pendant plusieurs années, tel un véritable cadeau du ciel.

Précaution

Jadis, l'hellébore noire fut utilisée pour faire de la magie noire et ses graines furent employées pour combattre la folie. Dès lors prenez garde, cette belle plante est toxique: elle se mange seulement avec les yeux!

Le lierre comme nourriture d'automne et d'hiver

Un dernier secours pour les insectes: Le lierre comme nourriture d'automne et d'hiver

1Qui ne connaît pas le lierre grimpant ? Il pousse sur des arbres vivants ou morts, sur des rochers, des murs, des ruines ou des façades de bâtiments – la plante grimpante indigène pousse simplement partout. Et c'est bien ainsi, car à la fin de l'année, les fleurs et les baies du lierre sont parmi les dernières sources de nourriture pour les insectes et les oiseaux. En effet, le lierre fleurit jusqu'à ce qu'il gèle. Partout où il prospère, il constitue un habitat important pour les petits animaux. En particulier, le feuillage persistant offre aux oiseaux un lieu de reproduction protégé et à l'abri des ennemis.

Seules les vieilles plantes de lierre fleurissent

2Cependant, la plante a besoin de plusieurs années de croissance pour former des fleurs. Ce n'est que lorsque les branches principales sont ligneuses que le lierre développe des fleurs. Si vous coupez donc toujours radicalement la plante, vous la privez de la possibilité de former des fleurs et donc aussi de nombreux insectes de leur dernière nourriture de l'année.

Les fleurs fournissent non seulement du nectar en automne, mais aussi beaucoup de fruits en hiver. En effet, les baies noires se développent des fleurs jaunes. Et celles-ci font partie des aliments préférés de nombreux oiseaux de jardin indigènes, parce que leur régime alimentaire est assez maigre en hiver, et les fruits sont donc un enrichissement dans leur approvisionnement alimentaire.

Enlève tes mains des ciseaux

Si vous voulez couper votre lierre, alors vous devriez le faire de début à mi-février. Plus tard, vous risquez de déranger les oiseaux qui y nichent. Si la plante devient trop grosse, vous pouvez la tailler fin juin (après la saison de reproduction). Les vieux spécimens se rétablissent rapidement après la coupe et forment malgré tout de nouveau des fleurs en automne.

Que peut-on dire d'autre sur le lierre ?

Nous connaissons le lierre comme plante grimpante peu exigeante qui pousse même à l'ombre profonde. Mais il peut faire encore plus: Toujours vert, il habite les bacs à plantes et des coupelles, remplit les vides et vivifie les environs par des dessins de feuilles colorés. Ses vrilles s'enroulent autour des arbres et des murs de maison, créant une touche de romantisme. Cependant, en sus des petites variétés à feuilles étroites et à croissance lente, il existe aussi des espèces qui prolifèrent et deviennent gênantes.

Les vrilles de plusieurs mètres de long de la plante grimpante s'enracinent sur le sol ou s'accrochent à la verticale à l'aide de petits pieds adhésifs. Quiconque a déjà dû enlever des pousses de lierre de la façade de la maison connaît la force et les traces inesthétiques laissées par ces organes adhésifs.

Planifier est un avantage

3Si vous plantez du lierre, vous devriez y réfléchir à deux fois. Les espèces à croissance rapide, comme le lierre commun, simple (Hedera Helix) n'ont besoin que de quelques années après une courte période de croissance pour couvrir de grandes surfaces – horizontalement (au sol) mais aussi verticalement (par exemple une façade de maison complète). Ces zones sont alors verdoyantes en permanence, car le lierre ne perd pas ses feuilles, et ceci même en hiver.

Les espèces de lierre à croissance lente (Hedera helix spp. helix) conviennent mieux aux petites surfaces ou à la plantation dans des bacs ou de boîtes. Egalement les formes des feuilles sont différentes et peuvent être rondes, étroites, pointues ou ondulées.

Un survivant

La plante pousse tant à l'ombre profonde qu'en plein soleil. Mais plus le lierre reçoit de lumière et de chaleur, plus il a besoin d'eau. Une courte période de sécheresse ou d'eau stagnante ne lui cause pas de mal. Donc juste une plante facile à entretenir, qui – utilisée avec la prudence nécessaire – peut bien servir les animaux et offrir de la nourriture et des lieux de nidification.

Importance écologique

4Au début du 21ème siècle, les feuilles de lierre non toxiques pour les chèvres et les moutons étaient encore utilisées comme plante fourragère en hiver. Et parce que le lierre fleurit tardivement, il offre à de nombreux insectes, en particulier aux abeilles, la possibilité d'absorber du nectar les jours ensoleillés de fin d'automne. Des oiseaux comme le troglodyte ou le roitelet trouvent un endroit pour dormir et nicher dans le lierre dense, et vers la fin de l'hiver, les fruits mûrs sont une source de nourriture très appréciée par les merles, les grives, les étourneaux et les pics. Il a été d'ailleurs constaté que les coûts de chauffage peuvent être réduits jusqu'à 30% en utilisant des façades de maison couvertes de lierre, et en été les appartements dans une telle maison sont plus frais. Mais attention, ses racines adhésives peuvent causer des dommages sous les bardeaux ou les caissons de volets roulants.

Le lierre n'est pas, contrairement à beaucoup d'opinions reçues, un parasite et n'endommage pas les arbres. Au contraire – les troncs sont protégés par le lierre contre un rayonnement solaire trop fort.

L'ensemble de jardins familiaux Alwoodley: De l'eau, de l'eau partout mais pas une goutte à utiliser!

1Depuis sa création j'ai eu des contacts avec cette association il y a un bon nombre d'années, lorsque j'étais conseiller pour les jardins familiaux dans le cadre du projet national: « The Allotment Regeneration Initiative » (initiative pour la réhabilitation des jardins familiaux). Après des années de négociation, l'association dispose désormais d'un tout nouveau site de jardins familiaux avec plus de 70 parcelles ayant une superficie maximale, situé au Nord-est de la ville de Leeds.

Toutes les parcelles de l'ensemble ont été occupées dès sa première ouverture. L'ensemble est situé juste en haut de la route près d'un très grand réservoir d'eau, mais il n'avait pas d'approvisionnement en eau potable à proximité. On a donc cherché à obtenir des fonds pour forer, pour trouver de l'eau. Ce n'était pas une démarche bon marché, mais on a décidé malgré tout d'aller de l'avant.

2Deux énormes camions sont arrivés, l'un pour faire du forage et l'autre avec un énorme groupe électrogène et l'équipement de forage. Une fois mis en place, les travaux prendraient quatre jours. Mais avec tout ce précieux équipement, il fallait fournir la sécurité requise pour le matériel. Cette sécurité a été fournie sous la forme de deux jardiniers associés qui ont veillé toute la nuit dans leur voiture de chaque côté des camions.

Pendant la nuit où le président de l'association était de garde, il y a eu un violent orage et il a vraiment apprécié le spectacle. Mais lorsqu'il commençait tout juste à somnoler, il y a eu tout à coup un énorme bruit et sa voiture a été jetée d'une façon impressionnante en l'air. Son collègue dans l'autre voiture a accouru lui demandant s'il allait bien et en disant qu'il pensait que la foudre l'avait frappé. Il s'est avéré qu'il y avait une marque de brûlure sur le sol à un mètre derrière la voiture du président.

Le forage s'est poursuivi jour après jour jusque finalement au quatrième jour, et après un forage jusqu'à une profondeur de 48 mètres, de l'eau a été trouvée.

Le puits est maintenant équipé d'une pompe et celle-ci a été fermée. Il ne reste plus qu'à installer un grand réservoir de rétention en haut du site pour pouvoir installer une alimentation par gravité.

Phil Gomersall

entrées précédentes

mentions légales ::: contact ::: accueil ::: politique de confidentialité ::: plan du site ::: FACEBOOK facebook