back

available languages:

Congrès de la fédération allemande des jardins familiaux à Dresde
L'étude: « Les jardins familiaux en transition » prouve que que les jardins familiaux sont plus demandés que jamais

Sandra von Rekowski, Fédération allemande des jardiniers associés

beePour les villes et les communes, les ensembles de jardins familiaux constituent un réel atout et deviennent de plus en plus populaires. Ces faits sont soulignés par les résultats de l’étude « jardins familiaux en transition » publiés en partie par l’institut fédéral de la construction, de la recherche urbaine et spatiale (BBSR) le 2 mai 2019. Cette étude a été présentée officiellement dans son entièreté lors du congrès de la fédération allemande le 7 septembre 2019 à Dresde.

Les jardins familiaux en tant que composante indispensable de l’infrastructure verte en Allemagne, ont un effet positif important sur leur environnement et offrent une possibilité pour des activités judicieuses de loisirs dans la nature. Au milieu de zones densément peuplées, ils offrent plus de verdure dans nos villes.

Les résultats de l’étude prouvent que les jardins familiaux sont tellement demandés, en particulier dans les agglomérations prospères, qu’il y a parfois des délais d’attente de plusieurs années. En Allemagne il y a un peu moins d’un million de jardins familiaux, dans lesquels environ cinq millions de personnes s’adonnent au jardinage. Ce stock de jardins familiaux doit être élargi dans les endroits où il y a une nécessité de créer plus de jardins, tant par la création de nouveaux sites, que par la modernisation et le compactage. Dans des régions faiblement peuplées où la population diminue, les associations de jardins familiaux sont souvent confrontées aux problèmes inverses. Le développement futur des terrains de jardins familiaux basé sur les besoins réels doit donc activement relever ces deux défis. D’une part, des ajustements structurels sont nécessaires pour faire face à la pression de la demande dans les villes, d’autre part, il est nécessaire de trouver des solutions basées sur l’évolution démographique dans les régions structurellement faibles.

Dans la perspective d’atteindre de nouveaux groupes cibles et donc de réagir aux nouveaux défis, l’étude indique que de nombreuses associations utilisent déjà dans leur travail des approches novatrices. La modernisation et le changement basés sur la loi fédérale des jardins familiaux (BKleingG) sont donc considérés par de nombreuses associations comme une opportunité pour un développement futur stable. Par une conception plus ouverte des ensembles de jardins on crée des liens écologiques précieux avec le système des espaces verts urbains ainsi que des lieux de loisirs et de décélération, même pour des résidents sans parcelle propre. Les ensembles de jardins sont en plus aussi des lieux de rencontre importants pour différentes cultures, milieux sociaux et générations. Les jardiniers associés soutiennent activement l’éducation environnementale et ne restent pas confinés entre eux. Les voisins, les enfants et les adolescents d’établissement de soins et d’éducation adjacents bénéficient également des connaissances et de l’engagement des jardiniers associés. Finalement, les jardins familiaux soutiennent les espaces urbains en tant que refuge important d’espèces végétales et animales rares.

Afin de promouvoir le développement des jardins familiaux en tant qu’infrastructure verte importante d’une manière durable et basée sur les besoins, la fédération allemande se mobilise pour que les jardins familiaux soient explicitement pris en compte dans les programmes d’infrastructure et de subvention.  A cet effet, tous les acteurs compétents doivent agir ensemble: les fédérations de jardiniers associés, les bureaux des espaces verts, l’urbanisme et la politique doivent développer des stratégies et des concepts et les mettre ensemble en discussion.

Et ceci n’est pas seulement le devoir essentiel pour la fédération allemande des jardins familiaux, mais aussi pour toutes les autres fédérations à travers toute l’Europe.

LE 22 AOUT 2019 A GRAZ DES JARDINIERS ASSOCIES ONT ETE HONORES POUR LEUR ENGAGEMENT

7 ENSEMBLES E JARDINS FAMILIAUX ONT RECU UN DIPLOME DE L’OFFICE

I) Le diplôme pour un jardinage respectueux de la nature a été remis à

 

L’ensemble de jardins familiaux « Steinfeld » à Graz (A) a reçu le diplôme pour un jardinage écologique

L’ensemble de jardins familiaux a été fondé en 1914.

L’association compte aujourd’hui 243 membres et a une superficie de terrain de 34.150 m2. Ces jardins constituent un ensemble caractérisé par une culture de légumes luxuriante. Evidemment, nous respectons les règles de l’écologie.

Il est donc naturel que dans ce contexte chaque jardinier fait son propre composte. Mais aussi par la mise en place de trois à quatre citernes sur chaque parcelle et l’économie d’eau y associée, les ressources sont gérées avec le plus grand soin. Bien sûr, tous les chemins de cet ensemble ne sont pas pavés mais uniquement gravillonnés.

Un écrin de verdure dans l’une des zones les plus urbanisées de Graz.

Steinfeld1Steinfeld2Steinfeld3

 

Le parc de jardins « De Smallen Entrée » à Torhout (B)  

Ce jeune projet a été créé à cause de la longue liste d’attente existante et en 2014 le conseil communal recherchait un nouveau lieu pour créer un nouvel ensemble de jardins familiaux

Un vieux verger, situé à proximité du centre ville avec un sol idéal, était l’endroit idéal. La première condition exigée par le conseil communal était de créer un ensemble de jardins écologique.

Les arbres encore en vie provenant de l’ancien verger ont été sauvés.

Un plan à long terme séparément a été élaboré pour tous les espaces verts, les arbres, les bordures florales, les fossés etc. et décrivent les tâches annuelles pour accroître leur biodiversité

Une parcelle de jardin a été sacrifiée pour créer un espace vert commun comprenant des plantes favorables pour les abeilles et des plantes hôtes pour les animaux sauvages. Avec le bois provenant de l’élagage des arbres une haie morte a été créée.

Un jardin de démonstration a été aménagé.

Tous les 3 ans une analyse du sol est faite pour éviter une fertilisation excessive.

De-Smallen-Entree3De-Smallen-Entree1De-Smallen-Entree2

 

Le parc de jardins naturels de « Nooit Gedacht » à La Haye (NL)

En août 2013 « Nooit Gedacht » a remporté le label national de qualité pour un jardinage naturel avec trois points. Le quatrième point a été ajouté en octobre 2018.

Sur la propriété vous trouvez beaucoup de fleurs et de plantes qui sont attrayantes pour les oiseaux et les insectes. Il y a un hôtel pour les insectes, un jardin pour abeilles, un jardin pour papillons et un chemin forestier, un jardin pour herbes aromatiques et un pré de fleurs.

Il y a trois apiculteurs dans le jardin pour abeilles et un apiculteur biologique avec deux ruches.

Le comité pour le jardinage naturel participe étroitement à la maintenance générale hebdomadaire du parc de jardins.  

La communication sur le jardinage naturel se fait par le biais du site internet, du magazine de l’association, de newsletters digitales et par Facebook. On donne des explications au cours de l’assemblée générale.

Un projet avec une école primaire a été lancé. On organise divers ateliers avec des jeunes pour leur donner des informations sur la nature.

Il y a aussi des parcelles éducatives cultivées par des enfants d’une maison relais.  L’association accueille les enfants de l’école et de la maison relais pour leur apprendre à connaître la nature, les abeilles, les plantes et les fleurs ainsi que le jardinage.

Nooit-Gedacht1Nooit-GedachtNooit-Gedacht3

 

L’ensemble de jardins « Nut en Genoegen » à Amsterdam (NL)

L’ensemble de jardins « Nut en Genoegen » a commencé le jardinage naturel à la fin de l’année 2015 avec une analyse des qualités existantes du sol et de l’eau et de la végétation existante. Ils ont ensuite établi des plans avec le but de créer une image attrayante. Le résultat en est la création d’une série de différents espaces naturels: marais et buissons pour oiseaux, jardins avec étangs, une berge avec des lupins et un jardin de papillons.

En plus, des équipes s’occupant des domaines suivants pour la nature et l’éducation, du magasin, de la pépinière, de la qualité de l’eau et des nichoirs.

Fin 2017, 99 % des membres ont décidé lors de l’assemblée générale de continuer le chemin amorcé.

« Nut en Genoegen » implique aussi des intéressés de « l’extérieur » par la voie des médias sociaux, le site web réaménagé contenant des informations sur le parc et via un site propre des informations de la ligue et des prospectus.

L’ensemble de jardins fait partie du réseau écologique d’Amsterdam.

A l’entrée du site on trouve des cartes avec des sentiers pédestres et des panneaux d’information concernant les installations, les plantes et les animaux sont disponibles. Il y a des bancs placés dans de beaux endroits, il y a des aires de jeux naturels pour les enfants.

Nut-en-Genoegen1Nut-en-GenoegenNut-en-Genoegen3

 

L’association de jardins familiaux « De Pioniers » à Utrecht (NL)  

En 1935, l’association de Jardins Familiaux « De Pioniers » a été créée pour permettre la culture de pommes de terre, de légumes et de fruits. L’ensemble de jardins à Utrecht a maintenant une fonction sociale, récréative et écologique.

A cause de la grande variété de plantes, d’eau et de techniques de jardinage, la nature y est remarquablement diversifiée. Le parc fait partie du réseau écologique d’Utrecht. Des observations de la nature y ont été organisées depuis 1997.

En 2015, l’ensemble de jardins a reçu le label national de qualité pour le jardinage naturel avec 3 points. En 2018, lors d’une réévaluation 4 points ont été attribués à l’ensemble.

En proposant des conférences et des ateliers présidés par toute sorte d’organisations de la nature et de l’environnement, de plus en plus de jardiniers changent leur façon de faire en adoptant le jardinage naturel. Actuellement environ 70% des membres pratiquent le jardinage naturel.

L’association « De Pioniers » a réalisé qu’elle doit assumer un rôle de partenaire dans la société et ainsi elle rend la maison associative disponible pour les activités du quartier.

L’association réalise diverses activités, certaines s’inspirant de campagnes nationales dans le domaine de la conservation de la nature par des bénévoles.

Toutes ces mesures ont conduit à la création d’un espace paisible dans le quartier, qui ne peut plus être ignoré plus longtemps. Un parc jardin avec une valeur ajoutée et qui est aimé par les membres et les gens habitant aux alentours.

Pioniers2PioniersPioniers

 

II) Le diplôme pour des projets innovants a été remis à:

 

L’ensemble de jardins familiaux « Schönau » à Graz (A) a reçu le diplôme pour des projets innovants

L’ensemble de jardins familiaux « Schönau » a été créé en 1915 et est avec 104 ans l’un des ensembles les plus anciens de Graz.

Avec 520 membres et 134.672 m2, l’ensemble était et reste toujours le plus grand ensemble de Styrie.

Grâce à l’amélioration constante de l’infrastructure, mais aussi grâce à la modification de la règlementation concernant les jardins familiaux de Graz, les jardins potagers qui servaient d’antan à l’alimentation de la population sont devenus le paradis de loisir actuel pour de nombreux habitants de Graz.

Il est particulièrement intéressant de mentionner que déjà en 1989 un rucher appartenant à l’association a été installé pour des raisons écologiques. Ceci a été fait d’une façon très anticipative.

Actuellement il y a 4 ruches avec environ 800.000 abeilles dans l’ensemble de jardins familiaux. Celles-ci sont entretenues professionnellement par un apiculteur et le miel récolté peut être acheté à un prix réduit par les membres de l’association.

Schoenau1 Schoenau2

 

L’association de jardins familiaux Herttoniemen à Helsinki (SF)

L’association de jardins familiaux Herttoniemen fut fondée en 1934. Elle administre un ensemble de 7,5 hectares avec 182 parcelles, toutes équipées d’une petite maisonette.

L’association a landé le projet “Donner aux fleurs et aux plantes une vie nouvelle”

Ce projet est un bon exemple comment une association de jardins familiaux peut enrichir aussi un environnement en dehors de son ensemble de jardins familiaux. Par un travail ardu et avec des donations de plantes, ces jardiniers associés ont amélioré l’environnement de plus de 100 personnes âgées habitant dans une maison de retraite.

L’assistant social de cette maison de soins a activement recherché des partenaires pour aider dans le réaménagement de la vaste et sauvage aire de jardin de cet ensemble de maisons.  

Après des discussions et une visite du site, les jardiniers associés ont vu que le jardin était dans une situation désolante et avait besoin de terre, d’arrosage, de nouvelles plantes et de beaucoup de travail. Il a été décidé de rénover d’abord la zone de plantation la plus large dans la cour. C’est un ensemble visible et les habitants y sont très souvent assis.

Ce projet continuera au printemps 2019 avec le but de rénover des zones de plantation plus petites et d’ajouter au jardin un parterre élevé pour cultiver des herbes.

Herttoniemi1Herttoniemi2Herttoniemi3

La ville de Graz a reçu la « Rose d'Or » de l'Office International du Coin de Terre et des jardins familiaux

Goldene Rose 1Depuis des décennies la ville de Graz soutient et stimule le mouvement des jardins familiaux. Des 30 ensembles de jardins familiaux existants à Graz, 25 sont situés sur des terrains appartenant à la ville de Graz. A l'exception d'un seul ensemble, tous sont protégés par des baux généraux à durée illimitée.

Goldene Rose 2Le fermage est très modéré avec 0,41 € par m2. Grâce à l'élaboration d'un nouveau règlement pour les jardins familiaux en 2010, la possibilité de moderniser les jardins a permis de poser la première pierre pour attirer avant tout de jeunes locataires. Monsieur Günther Riegler, conseiller municipal responsable pour les jardins familiaux, mais aussi le maire Monsieur  Siegfried Nagl, sont toujours à l'écoute des problèmes rencontrés par les jardiniers associés.

La commission compétente pour les jardins familiaux de la ville de Graz nous apporte son soutien total dans tous les domaines.

Il faut ainsi citer les conseillères municipales : Ingrid Heuberger, Daniela Gmeinbauer et Claudia Schönbacher.

Le maïs, l'homme et l'histoire

Texte Simone Collet
Avant même le blé et le riz, le maïs occupe fièrement le haut du podium dans le trio de tête des céréales cultivées dans le monde.

Cette première place n'est guère étonnante: non seulement les vertus nutritives du maïs pour l'homme ne sont plus à démontrer, mais il est en outre largement employé comme fourrage pour l'alimentation des animaux… Sans compter son utilisation dans le secteur agro-alimentaire ainsi que dans la production de biogaz et de biocarburant.

Une longue histoire

popOriginaire du Mexique, sa culture remonte loin dans la nuit des temps.

Il y a 9'000 ans, les agriculteurs amérindiens ont commencé à développer une graminée locale adaptée au climat tropical humide, nommée téosinte. On en récoltait les grains qui, broyés et moulus, donnaient une farine appréciée.

Issu de la téosinte à force de patientes sélections alliées à des mutations génétiques favorables, le maïs a constitué la base de l'alimentation de toutes les civilisations précolombiennes qui se sont succédé en Amérique du Sud. Certaines le considéraient même comme un enfant des dieux.

Appliquant avant l'heure les lois du développement durable, les paysans utilisaient une méthode de culture biologique en cultivant ensemble un trio de plantes complémentaires nommées «les trois sœurs»: le maïs, la courge et le haricot grimpant.

Avec le retour de Christophe Colomb, le maïs fut introduit au sud de l'Europe sous le nom de blé d'Inde (qu'il a gardé au Canada), blé de Barbarie ou blé de Turquie, en raison de doutes concernant son origine lors de sa diffusion sur le Vieux Continent.

Dès la première moitié du 20e siècle ont été créées des semences hybrides, puis transgéniques, faisant du maïs le symbole de l'agriculture intensive sujette à une vive polémique. Par ailleurs, les progrès de la génétique ont développé des variétés précoces et d'autres supportant un climat moins chaud, permettant de quadrupler le rendement au cours de la seconde moitié du siècle.

Le maïs aujourd'hui

pop2Nommé Zea mays en science botanique, le maïs appartient à la famille des poacées (ou graminées). On récolte la plante entière, ou seulement les grains extrêmement riches en amidon.

Il se développe rapidement et son rendement est supérieur à celui du blé. Due à son origine tropicale, une photosynthèse particulière lui permet de valoriser parfaitement la lumière et la chaleur tout comme, par exemple, le sorgho et la canne à sucre.

La culture du maïs est aujourd'hui universelle puisqu'il est cultivé dans 150 pays répartis sur les cinq continents. Selon les variétés, cette robuste céréale peut en effet gaillardement pousser de 0 m (niveau de la mer) jusqu'à 3000 m d'altitude.

Atouts économiques

Les principaux pays exportateurs sont les Etats-Unis, l'Argentine, le Brésil, l'Ukraine et la France. A eux cinq, ils représentent plus de 80% des exportations mondiales. Près des deux tiers de la production sont destinés à l'alimentation animale, surtout dans les pays industrialisés.

Consommation

En ce qui concerne la consommation, les Etats-Unis viennent à nouveau en tête, suivis de la Chine, de l'Union européenne, du Brésil et du Mexique.

Le maïs satisfait les gourmets de tous les pays avec l'infinie palette de ses préparations: en grains frais et croquants, sous forme d'épis grillés, en pop corns, en corn flakes, en maïzena (fécule)... Ainsi qu'en «farina bona» et «polenta», deux spécialités du Tessin, canton le plus méridional de Suisse, doté d'un climat particulièrement propice à sa culture.

 

Bonne recette :
La Polenta bramata du Tessin

• Mettre à bouillir 1,1 litre de bouillon de légumes avec un peu de sel (ou un mélange moitié eau-moitié lait);
• Verser en pluie 220 g de maïs bramata (à grains grossier);
• Baisser le feu et laisser cuire pendant 10 minutes en remuant constamment avec une grande cuillère en bois;
• Baisser encore à petit feu et laisser mijoter pendant une petite demi-heure en remuant de temps en temps;
• Ajouter une noix de beurre et 50 g de fromage parmesan râpé;
• Donner un tour de moulin à poivre, mélanger et servir avec une salade.

Texte Simone Collet
Photo Pixabay

Le blé et le pain

Texte Simone Collet
Le blé nourrit les hommes depuis la nuit des temps. Coup d'oeil sur leur histoire commune.

Dès les débuts de l'agriculture, le blé et les céréales ont été une nourriture essentielle pour la population humaine. Sur tous les continents, les civilisations se sont développées sur la base d'une céréale principale: le riz en Asie, le sorgho ou le mil en Afrique, le maïs en Amérique du Sud, le blé en Europe.

Parlons blé...

wheatAu Moyen-Orient, les premiers cultivateurs ont sélectionné et développé des graminées sauvages, à partir d'une humble plante nommée égilope.

Au fil du temps, à force d'efforts et de patience, ils sont parvenus à créer l'engrain, autrement dit le petit-épeautre, puis l'amidonnier, et enfin le grand-épeautre. Le blé a suivi, sous d'innombrables variétés premières, adaptées au climat et au sol des différentes régions productrices.

Après la fin de l'époque glaciaire, le blé a pu être cultivé en Europe sur les terres libérées de leur gangue de glace. Pendant des siècles, il a surtout été moulu et consommé sous forme de bouillie, mets de base de la population paysanne.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, une dizaine de variétés standardisées particulièrement rassasiantes grâce à leur haute teneur en gluten ont remplacé en Suisse les centaines de blés locaux issus de croisements entre les céréales d'origine.

Destinées en premier lieu à satisfaire les besoins de la population en période de pénurie, ces variétés plus rentables sont encore largement cultivées de nos jours.

«Ne mangez pas votre blé en herbe!»… sinon aucun épi ne poussera, conseille la vieille sagesse paysanne. Cette mise en garde pleine de bon sens a gardé toute sa pertinence...

Le retour des anciennes variétés

Nos anciennes variétés n'ont pas dit leur dernier mot. Elles reviennent en force sur le devant de la scène, surfant sur la vague du retour à une nécessaire biodiversité.

Sont dans ce cas l'amidonnier noir (déjà cultivé il y a 7000 ans) et le blé rouge de Gruyère dont l'épi donne une paille du plus bel effet pour tresser de jolis chapeaux colorés. Citons également, parmi les variétés de chez nous, les blés locaux nommés bofflens et vaulion…

Parmi la famille des céréales panifiables, n'oublions pas le seigle du Valais qui donne ce pain foncé si goûteux dont la réputation n'est plus à faire; un régal avec un fromage d'alpage et un bon verre de fendant bien frais.

Nus ou enrobés

Parmi les blés, on distingue les épis blonds à grains nus du blé dur, du blé tendre et du froment; les épis des anciennes variétés sont quant à eux dotés de longues barbes et de grains sertis dans leur balle, à décortiquer avant usage. Pas très pratique ni rationnel, certes, mais la récompense pour un relativement modeste effort réside dans la plus grande richesse de ces grains en magnésium, zinc, fer, lysine, cuivre, protéines… Autant d'éléments donnant une saveur particulière et participant à notre santé.

Et parlons pain!

breadSi à notre époque un bon pain frais et croustillant n'accompagne plus obligatoirement tous les mets, si les pères de famille ne tracent plus une croix sur sa croûte pour le bénir avant les repas, il est loin d'avoir disparu de nos tables. Il est par excellence le compagnon des potages et l'ami des plateaux de fromages. Et l'on peut se régaler d'une palette infinie de pains sous forme de tartines et de sandwiches qui, richement et sainement garnis, constituent souvent un véritable repas.

 

L'exception du sarrasin

Tout comme le blé, le sarrasin est communément employé pour la confection de crêpes. Cette plante n'entre pourtant pas dans la catégorie des blés. Car, contrairement aux apparences, le sarrasin n'est pas une véritable céréale. C'est une plante de la famille des polygonacées, tout comme sa délicieuse sœur la rhubarbe.

Qu'importe aux gourmets! Ce qui compte, à leurs yeux comme à leur palais, c'est la légèreté de ces crêpes si fines dont la farine sans gluten est parfaitement digeste.

Texte Simone Collet
Photo Pixabay

entrées précédentes

mentions légales ::: contact ::: accueil ::: politique de confidentialité ::: plan du site ::: FACEBOOK facebook