back

available languages:

Les iris

Iris

Légende et histoire

FR1Le mot “iris” est un emprunt médiéval au latin ‘iridis’, lui-même emprunté au grec ‘Iris, Iridos’, désignait “la messagère des dieux” qui transmettait ses messages aux humains sous la forme d’un arc-en-ciel. On le trouve associé à la fleur à partir du XIIIe siècle en raison de la coloration de ses pétales, aux reflets irisés. Déjà considéré comme sacré par les Egyptiens, il est devenu, sous le nom héraldique de “fleur de lys” le symbole de la royauté en France. Il semble que la mode de l’iris comme parfum ait été lancée par Catherine de Médicis.

Botanique

L’iris (nom masculin pour la fleur, mais féminin pour le prénom à la mode) est une plante vivace à rhizome ou à bulbe de la famille des iridacées (comme le crocus). Le genre Iris contient quelques 210 espèces et d’innombrables variétés horticoles, sans compter les sous-genres. Dans nos jardins on trouve des iris hybrides horticoles appelés “iris germaniques”.

•   Les feuilles sont alternes, à base engainante, presque toujours ensiformes.
•   La fleur : grandes fleurs hermaphrodites groupées, entourées à plusieurs dans des bractées appelées spathes (comme du papier de soie), puis s’ouvrant en six tépales pétaloïdes semblables disposés sur deux rangs : la fleur est composée de trois tépales externes horizontaux (ou sépales) qui supportent une barbe et trois tépales internes plus petits, dressés (ou pétales).
•   Le fruit est une capsule à trois loges contenant plusieurs graines. Vous pouvez faire sécher les graines et les semer.

L’iridophilie dispose d’un jargon bien particulier, pas moins de 23 expressions, pour parler des fleurs d’iris selon les différentes couleurs des fleurs, leur forme, la hauteur de la plante. Il y a deux catégories d’iris:

•   ceux qui n’ont pas de barbe (iris de Louisiane, de Sibérie, de Californie, iris spurias, iris du Japon),
•   ceux qui ont une barbe, la plupart de nos iris de jardin, quelle que soit leur taille.

La fleur de l’iris a beaucoup évolué au cours du XXe siècle grâce aux hybrideurs: d’une forme plus petite, étroite et molle, ils sont arrivés à produire de fleurs de haute stature, moins fragiles, aux riches couleurs. Ils ont aussi apporté des améliorations à la forme de la fleur même : pétales ondulés, frisés, plus amples, harmonisation entre les dimensions des sépales et pétales et autres fantaisies : froufrous, éperons… La forme des iris n’est pas figée, les hybrideurs trouveront bien un jour le moyen de transformer les éperons en vrais pétales.

Les iris de nos jardins

FR3Les plus communs dans nos jardins, les iris à barbes “germanica”; on en trouve de toutes les couleurs, du bleu pâle au violet/noir, du blanc au jaune/orange/cuivre/chocolat, sauf le rouge même si parfois les barbes sont d’un orange vif et dense. Nous disposons d’un grand choix en fonction de la hauteur de la plante et de la période de floraison :

Iris nains (à rhizome) - 15 - 30 cm - mars - début avril
Iris de Hollande (bulbeuse) -70 - 100 cm - avril-mai
Iris Germanica (à rhizome)- 70 - 100 cm - fin mai à début juin

La durée de floraison dépend bien sûr du nombre de boutons floraux sur chaque tige ; peu d’iris sont remontants en fin d’été.

 

Où les planter ?

•   Dans le midi, les iris vont tolérer une ombre légère. Ailleurs, ils ne se plaisent qu’en plein soleil, à défaut du soleil sur une demi-journée.
•   Ils n’aiment pas être plantés aux pieds d’arbres ou d’arbustes dont les racines vont les priver de nourriture.
•   Tous les sols conviennent aux iris, mais dans un sol lourd et compact, il est préférable de les planter sur une butte de 5 à 15 cm après y avoir ajouté du sable.

Quand planter ou déplacer ?

•   Les mois d’été leur sont favorables, de juillet à octobre pour avoir le temps de s’installer et pour une meilleure première floraison.
•   Dans le nord et l’est, les plantations tardives de février à mi-juin sont plutôt déconseillées.
•   Pour les déplacer : tous les 3 ou 4 ans, l’été, en ôtant éventuellement la partie du rhizome abîmée, séchée, trop vieille.

Comment les planter ?

•   Pour un meilleur effet, 3, 5 à 7 pieds par touffe selon votre jardin, le nez du rhizome à l’intérieur, la pousse verte à l’extérieur du cercle.
•   Les rhizomes ne doivent pas être recouverts de plus de 1 à 2 cm avec de la terre légère de façon qu’ils soient à nouveau visibles après le tassement de la terre.
•   Les rhizomes seront posés bien à plat, recouverts de terre qui se tassera par un copieux arrosage.
•   Si vous en plantez beaucoup, faites carrément une saignée à la binette de 5 cm de profondeur et de 20 cm de large ; sur l’un des bords, piquez les rhizomes et rebouchez.

Entretien

FR4•   Ils n’aiment pas non plus les mauvaises herbes, l’humidité, l’excès d’eau : ils n’ont besoin d’eau qu’à la plantation ; arrosez seulement en cas de période de chaleur et sécheresse prolongée.
•   Coupez les tiges à 10 cm du sol après la floraison et ne coupez pas les feuilles l’été, sauf si elles sont trop tachées (ne pas les mettre au compost).
•   Coupez les feuilles fin septembre-début octobre (mais toute théorie a son contraire…).
Mai est la plus belle période pour profiter de leur floraison multicolore et de leurs parfums après les Saints de glace.

Liliane Lenfant
Jardin Familial de France no. 501/2017

Rendez les abeilles heureuses!

Compétition fédérale de culture : Appel pour la deuxième étape

« Plus de la moitié de nos importants pollinisateurs sont menacés de disparition. Il leur manque de plus en plus les sources de nourriture et les espaces de vie ». Il faut reconquérir ensemble des terrains pour nos abeilles et la nature.

Macht Bienen glücklich!La compétition a commencé en 2016. Un appel pour participer à la première étape a été lancé en octobre 2016.

La compétition se déroule en trois étapes. Le « Herbstsummen » (le bourdonnement d'automne) a été remplacé début abril par le « Frühlingsummen » (bourdonnement de printemps). En juillet suivra le « Sommersummen » (bourdonnement d'été). Il faudra planter des plantes de nectar et de pollen pour les abeilles sauvages indigènes. Vous pouvez découvrir sur le site internet www.wir-tun-was-fuer-bienen.de quelles plantes vivaces, annuelles ou arbustes peuvent être utilisés. Vous y trouvez aussi toutes les informations nécessaires pour participer à la compétition ainsi que des conseils et astuces intéressants pour votre action de plantation.

Chers amis/es, jardiniers/ères c'est maintenant à vous. Recherchez quelques personnes motivées qui s'engagent avec vous. Transformez des terrains vagues en paradis pour abeilles. Lancez un projet pour les abeilles. Participer vaut la peine. Beaucoup de prix attractifs vous attendent.

BienenLa participation est possible à chaque moment. La participation est ouverte à toutes sortes de groupes avec leurs actions communes. Les actions sont publiées par les participants sur le site www.wir-tun-was-fuer-bienen.de pour les rendre publiques et seront récompensées ensuite par un jury.

Des groupes de compétiteurs enregistrés peuvent obtenir des plantes gratuites auprès de LA'BIO ! ou des semences à prix réduits de Rieger-Hofman pour leur région auprès de la fondation pour l'homme et l'environnement.

La condition requise est de procéder à des plantations favorables pour les abeilles et doivent être faites bénévolement sur des terrains (semi) publics par exemple des crèches ou jardins éducatifs, des jardins d'association d'utilité publique ou des terrains communaux.

Thomas Wagner, BDG

Alors, jardiniers associés allemands et toute personne qui se sent motivée : A vos marques, prêts…..et surtout continuez. Aux jardiniers associés d'Europe et ailleurs, engagez-vous aussi avec des actions/projets similaires.

Ipomées à grandes fleurs

Historique

Le genre Ipomoea comporte environ 500 espèces de plantes volubiles, d'arbustes ou d'arbres de la famille des Convolvulaceae. Certaines études (D. Austin, 1997) en recensent entre 600 et 700 dont plus de la moitié sont originaires d'Amérique du Nord ou du Sud.

1 Il y a d'abord l'Ipomée purpurea, très bien adaptée au climat tempéré : c'est une grimpante d'Amérique que tout le monde connaît dans sa version bleu-pourpre que les Américains appellent Gand'Pa Ott. La version rose est également connue en Europe.

• L'ipomée tricolore (ipomoea tricolor ou ipomoea violacea) est originaire du Mexique et d'Amérique centrale. Là-bas on l'appelle badoh negro et les graines sont utilisées depuis l'époque Aztèque comme hallucinogène. On la cultive comme annuelle ; elle produit de nombreuses fleurs bleues (vrai bleu !) de 10 - 12 cm. Elles sont caractérisées par leur cœur jaune.

L'ipomée Nil est arrivée au Japon il y a 1000 ans en provenance de Chine. C'était alors une plante médicinale (diurétique) ; les Chinois l'avaient reçue des Arabes qui faisaient du commerce avec tous les petits royaumes de l'Est de l'Afrique. Cette Nil est arrivée en compagnie d'autres Ipomées dont une de l'Himalaya et une autre de la région de Pékin. Elles sont rapidement arrivées dans les jardins ; elles ont été croisées entre elles pour obtenir différentes couleurs. De bleutées, elles sont devenues roses, puis blanches et sont connues en Europe 'ipomoea purpurea' et la tricolore. Une qui l'est beaucoup moins, c'est l'ipomée japonaise, 'ipomoea nil ou Asagao'.

Elles sont entrées dans la poésie japonaise car elles représentent un thème majeur de la culture Japonaise : la vie est éphémère et la beauté aussi. En effet, l'ipomée s'ouvre avec le lever du soleil et à 11 h. commence à se faner. Certaines couleurs et formes étaient très rares et ont coûté très cher. Toutes les différentes dynasties les ont aimées. Il y avait des rivalités entre les villes et aujourd'hui encore durant l'été, des expositions d'ipomées sont organisées. Les collectionneurs envoient sur Internet les photos de leurs obtentions extraordinaires. Les Japonais organisent, chaque année du 6 au 8 juillet, à Iriya, la Fête des Ipomées où se retrouvent quelques 120 marchands et 400 000 visiteurs du monde entier.

Culture des Ipomées

2Dans mon jardin, au long des années, j'ai expérimenté toutes les différentes ipomées : après un trempage de 12 heures, on peut semer sous abri en mars-avril à 16° C ou en place en avril-mai hors gelées. La gamme des classiques ipomées roses, rouges, pourpres, blanches, peuvent suivre ce calendrier.

Contrairement à ce que préconisent les semenciers, pour le climat au nord de la France, les ipomées bleu-clair, bleu-vif, striées ("flying saucer", "ismay" et "carnaval de Venise") demandent à être semées le plus tard possible en mai car elles ont plus de mal à démarrer. Par contre, elles fleurissent jusqu'à fin octobre si le temps reste clément.

La superbe et énorme ipomée blanche et parfumée "fleur de lune" au feuillage abondant, nécessite plus de soin et surtout de chaleur dès le départ : elle n'a vraiment bien fleuri que durant les deux ou trois étés très chauds ou de canicule, embaumant le jardin à la tombée du jour jusqu'au lendemain matin.

3Quant aux ipomées japonaises "type Mont Fuji", aux tons pastels ou au contraire très vifs (bleu pâle, bleu-violet presque outremer, rose pâle, rose fuchsia, vieux rose), splendides fleurs toutes marginées de blanc, leur culture nécessite un peu la main verte : elles sont plus frileuses et il est préférable de les garder en serre et/ou de les semer entre mi-juin et mi-juillet. Les spécialistes les font même germer en 3 ou 4 jours à 28° C. Elles craignent aussi l'excès de pluie du nord.

En région parisienne, je préfère maintenant les semer dans de gros pots que je rentre aussitôt que la température baisse en septembre/octobre. Ce sont des espèces qui s'hybrident entre elles et d'une saison à l'autre, formes et couleurs peuvent être différentes.

Attention : les limaces sont très friandes de toutes les espèces au départ des jeunes pousses.

L. Lenfant

 

Congrès fédéral des jardins familiaux et journée du jardin à Berlin

Le quatrième congrès fédéral des jardins familiaux a eu lieu les 18 et 19 mai 2017 à Berlin.

DE1Environ 300 délégués ont discuté les défis à relever par le mouvement des jardins familiaux. De nombreuses personnalités nous ont fait l'honneur de leur participation. Parmi eux le secrétaire d'Etat Adler et la secrétaire générale de l'Office International du Coin de Terre et des Jardins Familiaux.

L'année 2017 est une année d'élections et donc une année de choix politiques. La Fédération allemande des jardins familiaux (BDG) – regroupement de près d'un million de jardinières et de jardiniers amateurs organisés – s'implique également. Elle se mobilise pour davantage d'espaces verts dans les villes et, naturellement, la préservation des jardins familiaux. Ces derniers ont une influence positive sur la cohésion sociale dans les villes et communes. Ils aident à perpétuer le patrimoine culturel des jardiniers et apportent une importante contribution à la protection et l'amélioration de l'atmosphère urbaine. Ils ont un impact positif sur la biodiversité de la nature urbaine et des plantes cultivées. Les jardins familiaux améliorent non seulement la qualité de vie dans les villes et villages, mais aussi l'apparence des communes.

Ainsi, la Fédération allemande des jardins familiaux formule les demandes suivantes aux futurs représentants politiques:

Garantir la protection des jardins familiaux en leur qualité d'infrastructure verte: maintien de la loi allemande relative aux jardins familiaux dans sa forme actuelle qui a fait ses preuves.
• Promouvoir le développement adéquat des jardins familiaux par les communes: inscrire explicitement les jardins familiaux dans les programmes de développement urbain et autres programmes futurs de développement des infrastructures en tant que destinataires potentiels d'actions à prévoir.
En cas d'élaboration de nouvelles règles en matière d'indemnités et de compensation des surfaces: reconnaître les sites de jardins familiaux revalorisés d'un point de vue écologique comme surfaces de compensation. Des projets de recherche et des projets pilotes correspondants devraient être soutenus par des mesures fixées par la politique fédérale.

Prix scientifique

DE2Peter Paschke se réjouissait de pouvoir attirer l'attention sur le prix scientifique de la fédération allemande des jardins familiaux (BDG) et d'en donner pour ainsi dire le point de départ durant ce congrès.

« Le but de ce prix scientifique est d'amener des jeunes chercheurs dans les domaines de la planification urbaine, régionale et du paysage, à s'occuper davantage du sujet des jardins familiaux et de sensibiliser des jeunes personnes actives dans le domaine du développement urbain et de la planification pour le potentiel des jardins familiaux dans le cadre de l'infrastructure verte.

Le BDG désire récompenser des idées et recherches innovantes incluant les jardins familiaux d'une façon exemplaire dans des projets pour la sauvegarde de l'environnement, la stabilisation de la cohésion sociale et en conséquence pour la qualité de vie dans les villes et communes.

Le BDG voudrait tout particulièrement récompenser des travaux et projets qui sont exemplaires pour le développement vert et social de la ville et qui contribuent à un développement moderne des infrastructures vertes ».

La cérémonie d'ouverture de la journée du jardin a eu lieu le 20 mai dans « les jardins du Monde » dans le cadre de l'Exposition internationale horticole (IGA).

Le sujet de la journée du jardin était : « Jardins familiaux: une verdure vivante pour des villes en croissance ». La journée du jardin a permis aux jardiniers associés, en tant que précurseurs du mouvement de l'Urban Gardening, d'attirer l'attention sur la nécessité de la verdure en ville. Un grand nombre des plus de 14.000 associations de jardins familiaux en Allemagne ouvre leurs portes à l'occasion de la journée du jardin et font ainsi découvrir à tous le bonheur de ces petites zones de verdure. Le jardin familial reste particulièrement pour les citadins un refuge d'une valeur inestimable : Un jardin familial n'est pas simplement un jardin, mais il offre détente et compensation en pleine verdure, et ceci au milieu de maisons et de rues.

Après cette cérémonie d'ouverture, Peter Paschke, président de l'Office International et Malou Weirich, secrétaire générale de l'Office International, ont remis le diplôme concernant un jardin écologique à l'association de jardins familiaux « am Kienberg »

Cet ensemble de jardins familiaux avec ses 400 membres a été développé entre 1983 et 1985.

L'ensemble couvre environ 10 hectares et comprend 260 parcelles. La superficie moyenne des parcelles est comprise entre 350 et 450 m².

Stefan Tidow (Staatssekretär für Umwelt, Verkehr und Klimaschutz), Peter Paschke, Burkhard Träder (1. Vorsitzender der KGA Au cours des dernières années, les jardiniers amateurs de l'association ont fermement décidé de procéder à un jardinage sans produits toxiques sur leurs parcelles.

Au cours des trois dernières années, le nombre d'arbres fruitiers plantés dans les parties communes a été complété par la plantation de quelque 300 variétés anciennes d'arbres fruitiers indigènes dont la plupart attire les abeilles.

Trois membres de l'association des jardins familiaux sont devenus entretemps apiculteurs.

L'association des jardins familiaux ainsi que les membres de l'université populaire Marzahn-Hellersdorf invitent les habitants du quartier à participer à des cours de taille des arbres fruitiers.

Des parcours éducatifs, des carrés d'herbes aromatiques et de nombreux nichoirs ont été implantés sur les allées centrales de l'ensemble de jardins familiaux.

Ceci n'est qu'un aperçu limité des activités de ces jardiniers dans le domaine de la protection de la nature et de l'environnement.

Assemblée des délégués le 20 mai 2017 à Saint Galles

Comme tous les deux ans, l'assemblée des délégués des jardiniers associés suisses a eu lieu le 20 mai 2017 à Saint-Galles.

Une assemblée importante parce que Walter Schaffner, après 28 ans de travail au sein de la fédération et après 12 ans en tant que président, a continué la charge de président à Christophe Campiche.

CHAussi bien les jardiniers associés suisses que l'Office International ont adressé leurs chaleureux remerciements à Walter Schaffner pour le travail accompli et leurs meilleurs voeux de succès à Christophe Campiche pour relever les prochains défis.

En sus des devoirs statutaires, la résolution jointe en annexe a été adoptée.

Les jardins familiaux constituent dans les villes, et surtout dans une ville compacte, un environnement sain, des espaces attractifs pour la détente et les loisirs, stimulent la santé et les relations entre les gens, sont des havres de vie pour la faune et la flore, pour ne mentionner que ces quelques bienfaits.

pdf document Résolution

 

entrées précédentes

mentions légales ::: contact ::: accueil ::: plan du site ::: FACEBOOK facebook