back

available languages:

Une infrastructure verte ? Seulement avec les jardins familiaux

Sandra von Rekowski

01Les petits jardins sont sous pression. En raison du développement démographique croissant dans les villes et municipalités, il y a un besoin de plus en plus important d'espaces de vie et de zones de commerce. En même temps, il faut protéger les infrastructures vertes de haute qualité, les développer ou en créer de nouvelles qui sont facilement accessibles. Ceci est vital pour la ville de l'avenir.

Les jardins familiaux jouent un rôle décisif dans le maintien et le développement des espaces verts urbains, notamment en raison de leur situation optimale au centre-ville. L'accès rapide au jardin familial, idéalement à pied ou à vélo, est une caractéristique essentielle d'un tel jardin familial. En outre, les jardins familiaux sont dans les villes surchauffées d'importants « îlots » d'air froid et de biodiversité et des lieux d'interaction sociale. Et non seulement les jardiniers associés devraient profiter de l'utilisation des sites de jardins familiaux dans les centres-villes, mais aussi les résidents qui n'ont pas de parcelle propre.

L'étude « Les jardins familiaux en transition - des innovations pour des espaces denses » examine en détail les possibilités d'intégrer plus fortement les sites de jardins familiaux dans la planification des espaces ouverts urbains. Ainsi, les administrations municipales interrogées sont convaincues qu'avant tout l'accessibilité publique, l'intégration dans le réseau des espaces verts et ouverts, la protection de la nature, la biodiversité et la protection du climat ainsi que les espaces communs utilisables par le public peuvent contribuer à ce que les ensembles de jardins familiaux fassent partie de l'infrastructure verte. En outre, les associations urbaines et régionales considèrent que la mise en réseau des jardins familiaux avec l’ensemble urbain des espaces ouverts est l'une des tâches les plus importantes pour un système durable de jardins familiaux. Ici, le potentiel se manifeste avant tout dans l'intégration des réseaux publics de sentiers pédestres, de randonnée et de pistes cyclables. Les jardins familiaux en tant que lieux d'apprentissage verts, les aires de jeux publiques, les offres sociales et culturelles pour le public et la création d'habitats pour les animaux et les insectes sont également mentionnés comme des mesures visant à renforcer l'infrastructure verte.

En plus des surfaces louées par les jardiniers associés, un site des jardins familiaux se compose de chemins accessibles au public, d'espaces communs et souvent aussi d'aires de jeux. En particulier lorsque la pression sur les jardins familiaux augmente, il faut veiller à ce que les habitants des environs profitent également de ces zones. Afin de garantir l'ouverture des jardins familiaux au public, les associations ont déjà recours à des mesures appropriées (voir l'étude « Les jardins familiaux en transition - innovations pour les zones denses » : http://bit.ly/bbsr-studie). Dans le cadre de nouvelles mesures de planification et de replanification des jardins familiaux, il convient à l'avenir de prendre en considération et d'intégrer davantage tout le quartier environnant, en plus des jardiniers associés en tant qu'autre groupe cible important.

Pour le développement de concepts de mise en réseau, on a besoin d'une communauté forte regroupant les associations urbaines et régionales, de décideurs locaux de la politique et de l'administration tels que les bureaux d'urbanisme et d'espaces verts. En effet, des espaces de loisirs publics attrayants ne servent pas seulement à mettre en valeur les jardins familiaux eux-mêmes. Au mieux, ils constituent l'élément de liaison de l'infrastructure verte d'une ville. Ils ne qualifient pas seulement le réseau urbain d'espaces verts et d'espaces ouverts, mais l'étendent même par le biais de leurs structures existantes. De plus, les jardins familiaux ouverts et tangibles offrent la possibilité de moderniser des quartiers résidentiels entiers et contribuent à l'amélioration de la qualité de vie des habitants.

Photo Thomas Wagner
Sentier ouvert et bien aménagé sur le site des jardins familiaux "Sonnige Höhe" (hauteurs ensoleillées) à Chemnitz

L'Office International du Coin de Terre et des Jardins Familiaux et ses fédérations affiliées appellent tous les jardiniers associés à participer à la semaine des alternatives aux pesticides organisée du 20 au 30 mars 2020

OI

Une semaine sans pesticides 2020
Pouvons-nous faire la différence ? Oui, nous le pouvons.

Il existe de nombreuses alternatives à l'application de produits chimiques nocifs. Il est important d'expérimenter dès à présent ces produits alternatifs. Protégez notre environnement, amusez-vous et continuez à profiter de votre jardin d'une manière plus naturelle sans l'utilisation de produits chimiques.

Avec notre passion du jardinage et des activités de culture, nous sommes devenus les gardiens des corridors verts extrêmement importants dans l'environnement urbain. Ces corridors comprennent les parcs, les terrains boisés, les jardins et les potagers domestiques et les jardins familiaux et collectifs. Des recherches scientifiques récentes ont prouvé sans l'ombre d'un doute que les jardins familiaux sont les plus bénéfiques pour la communauté et pour ces corridors verts. Ils sont plus fertiles, produisent plus de récoltes par mètre carré que les agriculteurs et horticulteurs professionnels , sont plus diversifiés sur le plan environnemental et offrent un plus grand puits de carbone que tout autre type d'utilisation des terres, même les terrains boisés. C'est pourquoi il est essentiel que nous protégions ces zones et nos jardins familiaux du mieux que nous le pouvons.

Comment pouvons-nous faire cela ?

En réduisant l'utilisation de pesticides qui contiennent une multitude de produits chimiques nocifs voir parfois mortels, nous contribuons à maintenir l'équilibre de la nature. Comme nous le savons tous, l'éradication d'un ravageur à l'aide de produits chimiques a souvent des effets sur d'autres insectes bénéfiques, non seulement par l'absorption des produits chimiques, mais aussi par l'ingestion par d'autres insectes et créatures dans la chaîne alimentaire.

Alors, comment pouvons-nous faire cela ?

Prenons le chou comme exemple, en le recouvrant simplement d'une cloche de filet fin (le filet ordinaire permet aux papillons de pondre des œufs à travers ce filet), le filet de débris d'échafaudage est une très bonne option bon marché et présente une multitude d'avantages, il permet de se passer des sprays chimiques. Non seulement il éloignera les papillons et les chenilles qui en résultent, mais il constituera également une barrière pour les pigeons qui peuvent dévaster votre chou. Il crée également un microclimat protégeant les plantes du vent, des brûlures, laissant passer la pluie et retenant l'humidité et la chaleur, réduisant ainsi le besoin d'arrosage. Ainsi, il y a une multitude d'avantages en érigeant simplement une cloche de filet à maille fine. Je vous entends dire cependant, qu'en est-il des pucerons, le simple fait de planter en plus des tagètes (soucis) à l'intérieur de la cloche devrait être un moyen de dissuasion adéquat pour les pucerons et cela fonctionne aussi très bien dans les poly-tunnels.

Les pucerons peuvent également être éradiqués avec une solution de savon simple en pain qui est beaucoup plus écologique que la pulvérisation avec des produits chimiques. L'arrosage de chou dans les premiers stades de croissance avec du jus dilué de consoude et d'ortie s'avère également dissuasif pour les insectes, peut-être que c'est l'odeur forte qui le fait; cette méthode n'est cependant pas une bonne idée à un moment proche de la récolte. Une autre méthode consiste à arroser avec du jus d'ail dilué.

Lorsqu'il s'agit de mauvaises herbes, le binage constant permet de maintenir les mauvaises herbes au sol et, si elles sont éradiquées avant la production de graines, tout le feuillage peut être composté, créant ainsi un autre avantage sans frais pour le jardin. Même les mauvaises herbes les plus difficiles comme la queue de jument (Equisetum arvense) peuvent être compostées en pourrissant d'abord dans l'eau ou dans un sac en plastique noir ou en séchant au soleil jusqu'à ce qu'elles soient complètement cassantes avant de les ajouter au tas de compost.

Si vous recueillez de l'eau, ce qui est souhaitable, et que vous la recueillez dans un contenant ouvert, mettez-y une cuillère à thé d'huile végétale et elle empêchera les larves de moustiques de se former.

Les délégués de l'Office International du Coin de Terre et des Jardins familiaux se sont réunis à Luxembourg

OILes 6 et 7 mars 2020, les délégués nationaux se sont réunis à Luxembourg pour leur assemblée générale statutaire annuelle.
                                                                                              
A côté des obligations statutaires, les délégués ont terminé en grande partie les travaux pour amender les statuts de l'Office et les adapter aux nécessités actuelles.

La brochure « Le sol est vivant » est un document destiné à soutenir les jardiniers associés et amateurs à protéger encore davantage le sol, leur outil de travail le plus précieux. La brochure est maintenant terminée dans sa version allemande. Elle a pu être traduite en français, anglais, néerlandais et suédois et sera publiée au mois de juin en tant que brochure et Trait d'Union. Elle sera encore traduite en finlandais en tant que cadeau pour le 90ème anniversaire de la fédération finlandaise.

Les fédérations ont informé sur leurs activités. Cet échange de vue a de nouveau révélé des informations intéressantes et a permis de donner – suivant les besoins spécifiques des fédérations – des suggestions pour agir au niveau national.

Les prochains numéros du Trait d'Union traiteront le sujet: «  Nous sommes fiers de....... » et présenteront des projets, groupes, ensembles de jardins et programmes devant avoir un effet multiplicateur.

L'Office et les fédérations affiliées continuent leurs efforts pour un jardinage écologique.

Ils publieront un mémorandum sur le site internet de l'Office, sur les sites nationaux, ainsi que dans les magazines nationaux de jardins familiaux. Ce texte est également une contribution à la campagne annuelle sans pesticides (20 – 30 mars 2020).

5 demandes pour obtenir le diplôme de l'Office pour un jardinage écologique, 3 demandes pour le diplôme concernant des projets innovants et 1 demande pour un diplôme pour des activités sociales ont pu être votées positivement. La banque de données avec des exemples de bonnes pratiques horticoles sera élargie avec ces projets.

Les délégués nationaux se réuniront en assemblée générale le 26 août prochain lors de leur session d'étude à Helsinki  (Finlande). Au cours de cette réunion la fédération finlandaise des jardins familiaux célébrera aussi son 90ème anniversaire.

La prochaine assemblée générale statutaire aura lieu les 5 et 6 mars 2021 à Luxembourg.

Parution du 1000me numéro du magazine de notre fédération

Notre premier magazine a été publié en 1930.

magazinLe nom d'origine du magazine était « De Volkstuin » (le jardin ouvrier). Le magazine donnait des conseils et présentait des astuces sur la façon de cultiver les plantes.

Aujourd'hui nous publions onze magazines par an, remplis de conseils et d'informations sur le jardinage. Outre les sujets concernant les jardins familiaux et la culture de légumes, on traite les sujets comme les jardins privés, les jardins d'ornement et le jardinage écologique. Notre organisation s'est fixée pour mission de promouvoir le plaisir du jardin pour les jardiniers associés et les jardiniers privés. En plus nous présentons  des projets réalisés dans notre organisation.

 Nous avons des articles fixes traitant les sujets comme p.ex. le travail au potager, au verger et dans le jardin d'ornement. Il en va de même pour le coin pour les enfants, l'art floral, les fléaux et les maladies. Chaque article traite des problèmes ou des tâches du mois suivant. De cette façon, tous les jardiniers peuvent se préparer.

Presque tous les articles sont écrits par des bénévoles, notamment des enseignants, des professeurs, des professionnels horticoles, mais aussi des jardiniers amateurs expérimentés. Il existe un groupe de travail dirigé par l'éditeur. En 2017, ce groupe a demandé qu'une enquête soit réalisée pour évaluer le magazine actuel. En se basant sur les commentaires reçus, le groupe essaie de rendre le magazine encore plus attrayant qu'auparavant. Le plus grand défi est de s'adresser à un large public, allant des jardiniers expérimentés aux néophytes, des jeunes aux moins jeunes, en passant par des familles vivant en ville et à la campagne.

En tant qu'organisation, nous ne saurions trop remercier et féliciter les bénévoles. Ils investissent tout leur cœur et toute leur âme dans ce magazine. Ils créent un magazine professionnel qui vaut la peine d'être lu tous les mois !

Participation des jardiniers associés au projet "Few-Meter"

FEW PartnerQuel est ce projet? Dans le cadre du projet de recherche "FEW-Meter" (nourriture, énergie, eau) des recherches sont menées en Allemagne, ainsi qu'en France, en Grande-Bretagne, en Pologne et aux Etats-Unis pour étudier l'efficacité de « l'agriculture urbaine ». L'agriculture urbaine est un terme générique qui désigne la production alimentaire dans les zones urbaines. Dans le monde entier la culture à petite échelle de fruits et de légumes dans les villes est en augmentation.

L'agriculture urbaine prend de nombreuses formes différentes :

Il s'agit notamment des jardins communautaires à New York City et à Londres. Mais les fermes en toiture, l'aquaculture, les jardins potagers et des jardins thérapeutiques conquièrent également les villes. Depuis plus d'un siècle les jardins familiaux sont une donnée bien établie dans de nombreuses villes européennes et ils sont particulièrement nombreux en Allemagne et en Pologne.

Les jardins familiaux ont toujours été des lieux d'autosuffisance, qui connaissent une renaissance depuis le tournant du millénaire. Les jardins familiaux font partie du réseau social et écologique d'une ville, ils font à bien des égards partie du bon climat d'un quartier urbain et sont des lieux d'expérimentation de la nature. Il est donc clair que les jardins familiaux font également partie de l'agriculture urbaine.

Dans quelle mesure l'agriculture urbaine est-elle efficace et durable ?
Quelles sont les quantités récoltées au cours de l'année?
Quelle est la quantité utilisée d'eau et d'énergie?

Questions sur questions auxquelles les chercheurs veulent trouver des réponses fiables.

Mais la biodiversité, l'expérience de jardinage, l'utilisation des produits récoltés, la fertilisation et la protection des plantes sont également des sujets qui sont étudiés.

En coopération avec le partenaire de recherche ILS (Institut de recherche pour le développement régional et urbain) et l'association régionale des jardins familiaux, les jardiniers associés de la Rhénanie Nord-Westphalie enregistreront leurs produits récoltés 2019 et 2020 et documenteront leurs activités horticoles et écologiques. Ils seront soutenus et conseillés sur place par notre expert en jardinage et conférencier à l'école publique Stephan Grote à Münster.

Les chercheurs Runrid Fox-Kämper et Kathrin Specht de l'ILS ont présenté un projet stimulant et passionnant lors de l'atelier de lancement le 10 novembre 2018 à l'école publique.

C'est positif ! 12 jardiniers associés de Bochum, Dortmund, Münster, Lünen et Oelde participent à ce projet.

entrées précédentes

mentions légales ::: contact ::: accueil ::: politique de confidentialité ::: plan du site ::: FACEBOOK facebook