back

available languages:

Les délégués de l'Office International du Coin de Terre et des Jardins familiaux se sont réunis à Luxembourg

LuxemburgLes 8 et 9 mars 2019, les délégués nationaux se sont réunis à Luxembourg pour leur assemblée générale statutaire annuelle.
                                                                                          
Avant la réunion le président du comité exécutif Wilhelm Wohatschek et la secrétaire générale Malou Weirich avaient une entrevue avec Monsieur Romain Schneider, ministre de l’agriculture, durant laquelle ils ont pu lui présenter les nouvelles stratégies de l’Office.

Le ministre leur a confirmé qu’il allait soutenir la publication en plusieurs langues de la brochure « Le sol vit », tant moralement que financièrement.

Le comité exécutif et les délégués nationaux remercient vivement Monsieur le Ministre pour cette reconnaissance et son soutien.

 

luxemburgA côté des obligations statutaires, les délégués ont tiré les conclusions de la session d’étude à Courtrai. Ils ont continué à discuter les points clés pour une plus grande efficacité interne et externe de notre travail.

Le site internet de l’Office devra présenter des exemples de bonne pratique et devenir ultérieurement une plateforme pour présenter les connaissances et les expertises des jardiniers associés. A cet effet il a été décidé d’acquérir sur base d’une coopération entre deux ou plusieurs fédérations une expertise, par exemple dans les domaines: climat, eau, espace public.

luxemburgLa fédération néerlandaise a présenté ses activités, ses succès, ses problèmes et sa stratégie innovante pour l’avenir au cours d’une conférence très intéressante. En sus de ses activités courantes, la fédération ciblera particulièrement à l’avenir les jardiniers amateurs non membres dans la fédération.

Les autres fédérations ont aussi informé sur leurs activités. Cet échange de vue a révélé des informations intéressantes et a permis de donner – suivant les besoins spécifiques des fédérations – des suggestions pour agir au niveau national.

Les prochains numéros du Trait d’Union traiteront par exemple les sujets: justice environnementale, diversité des jardins familiaux, projets-pilotes des fédérations.

L’Office et les fédérations affiliées participeront de nouveau en 2019 à la semaine des alternatives aux pesticides et publieront un mémorandum sur le site internet de l’Office, sur les sites nationaux, ainsi que dans les magazines nationaux de jardins familiaux.

Les délégués nationaux se réuniront en assemblée générale le 21 août prochain lors de leur session d’étude à Graz  (Autriche).

La prochaine assemblée générale statutaire aura lieu les 6 et 7 mars 2020 à Luxembourg.

Début de l'année 2019

Malou WeirichChers amis jardiniers associés

« C'est incroyable ce que vous pouvez faire, si vous avez juste le courage de l'essayer ».

Vous vous demandez peut-être pourquoi j'écris cette phrase au début de cet article à l'aube de la nouvelle année.

En effet, les fédérations nationales et l'Office, c'est-à-dire l'ensemble du mouvement des jardins familiaux, sont confrontés à de grands défis tant d'un point de vue interne que d'un point de vue externe afin de préparer correctement l'avenir. Un arrêt n'est pas une option. Les réflexions ont déjà commencé afin de répondre à notre nouvel environnement. Du courage et de la clairvoyance sont requis.

D'un point de vue interne, nous devons devenir davantage une organisation de services pour nos membres. Nos magazines devraient, si nécessaire, être modernisés. Non seulement des informations de nos associations, mais également des exemples de bonne pratique jardinière de nos associations et des fédérations affiliées à l'Office, ainsi que la discussion de sujets comme par exemple le jardinage écologique, la permaculture, le changement climatique, la protection de l'eau…….devraient être traités. Un site internet réactif, une bonne page Facebbok et l'utilisation des autres médias sociaux aideront à porter ces suggestions tant vers l'intérieur que vers l'extérieur. Une mise en réseau optimale avec d'autres organisations de jardins familiaux et la conclusion de partenariats stratégiques soutiendront nos efforts et contribueront à nous rendre plus visibles.

Nous devons ensuite former nos associations et nos membres et leur apporter l'aide nécessaire dans la culture de leur jardin ainsi que dans la vie associative : conseils de jardinage, séminaires, demandes de subventions, administration associative, comptabilité, solutions de conflits etc. Tels ne sont que quelques exemples de notre engagement envers les jardiniers associés individuels et nos associations.

Aussi au niveau externe, dans un nouvel environnement, nous devons nous positionner différemment.

Aujourd'hui les nouvelles formes du jardinage urbain préconisées par la population et les politiques semblent être le remède à tout. Les jardins familiaux pourtant une partie du jardinage urbain, sont souvent oubliés. Nos nombreuses années d'expérience, notre contribution dans le domaine social et de l'environnement, ne sont pas suffisamment prises en considération. D'autres organisations vertes tentent souvent de se faire entendre à voix haute et essaient sans égards de nous supplanter.

En outre, il y a un manque de terrains pour créer plus de parcelles dans les zones urbaines, alors que des parcelles sont vacantes en milieu rural.

Pour contrer cette tendance et réagir à cette situation, nous devons être mieux perçus. Les gens, les autres organisations et les autorités doivent comprendre les valeurs que nous défendons, aujourd'hui et demain.  Nous devons souligner nos avantages, nos services rendus à la société, nos expériences et notre know-how. Nous devons élaborer une vision pour notre mouvement, une vision qui nous permettra de rendre le mouvement, si nécessaire, plus efficace, de le promouvoir et de le protéger. Un esprit pionnier est requis.

Les membres doivent comprendre ce que nous faisons, voir et comprendre la route sur laquelle nous proposons de nous engager, et ils doivent être pris à bord. Cette vision, cet objectif commun, doit alors unir tous les membres, les motiver à travailler ensemble avec les conseils de leurs associations et fédérations pour le développement et la prise en considération de nos préoccupations.

Nous avons besoin de progrès, nous devons innover, trouver des solutions aux nouveaux défis.

D'une part, il faut envisager la réduction des dimensions des parcelles afin de réduire les listes d'attente, réagir au problème du manque de temps libre de la population active et de leur manque de connaissances horticoles. D'autre part, il faut réaliser des projets sur les parcelles vacantes, inclure des partenaires et élaborer avec les autorités, là où il paraît nécessaire, un concept de développement des jardins familiaux et trouver des solutions acceptables pour tous.

Lors de ces réflexions il faut se rappeler les paroles de  Bill BRADLEY « L'ambition est la voix du succès. L'endurance est l'instrument nécessaire ».

Je vous souhaite une bonne santé pour 2019, ainsi que du courage, de l'ambition, de l'esprit pionnier, de l'optimisme et de la persévérance pour consolider et développer notre mouvement.

Malou WEIRICH
Secrétaire générale de l'Office International du Coin de Terre et des Jardins Familiaux

Recommandation de la Conférence des OING* du Conseil de l'Europe "Changement climatique et droits humains "

Recommandation de la Conférence des OING du Conseil de l'Europe
en vue de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP24) qui se tiendra à Katowice, en Pologne, du 3 au 14 décembre 2018

Alarmées par la violence, la diversité et l'effet des perturbations climatiques qui gagnent en intensité, en diversité et en extension géographique ;

Alarmées par les conclusions du dernier rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), adopté le 8 octobre 2018 par les délégations des Etats parties à Incheon (Corée du Sud), qui subordonne plus que jamais le devenir de la planète aux décisions liées à l'activité humaine et par l'absolu silence des dirigeants politiques face à ce rapport ;

Préoccupées par l'incapacité des Etats signataires de l'Accord de Paris (2015) à mettre en œuvre leur engagement à maintenir ou réduire leurs propres émissions de gaz à effet de serre (GES) afin d'atteindre l'objectif global de +2° aujourd'hui encore réduit ;

Conscientes des difficultés de rédaction et de future mise en œuvre des modalités d'application (Rule book) de l'Accord précité par des Etats signataires nombreux et caractérisés par un niveau de développement politique, économique et social hétérogène ainsi que par un niveau de conscience et de règlementation des droits humains très inégal ;

 

Considérant la Déclaration universelle des droits de l'homme du 10 décembre 1948 dont le 70eme anniversaire coïncidera avec la COP24 ;

Considérant la référence particulière aux droits humains des Sommets de la terre de Stockholm (1972) et de Rio de Janeiro (1992 et 2012) ;

Considérant que la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques adoptée à Rio en 1992 dispose que « il incombe aux parties de préserver le système climatique dans l'intérêt des générations futures, sur la base de l'équité et en fonction de leurs responsabilités communes mais différenciées et de leurs capacités respectives » ;

Rappelant que les objectifs du millénaire énoncent que ceux concernant la santé et la protection de l'environnement peuvent être atteints en garantissant les droits humains, que les objectifs de développement de 13 à 16 sont centrés sur les questions environnementales et climatiques et que la décision 3 de la COP23 recommande une représentation paritaire des femmes et des hommes à tous les niveaux de décision et de gestion de la lutte contre le changement climatique ;

Considérant les principes et les valeurs promus par le Conseil de l'Europe, par son texte fondateur qu'est la Convention européenne des droits de l'homme (1950) mais aussi par la Charte sociale européenne (1996), la Convention de Berne consacrée à la conservation de la nature (1979) et la Convention européenne du paysage (2000) ;

Considérant la Recommandation CM/Rec(2002)1 du Comité des Ministres du Conseil de l'Europe sur les Principes directeurs pour le développement territorial durable du continent européen ;

Rappelant la Recommandation 1885(2009) de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe sur l'élaboration d'un protocole additionnel à la Convention européenne des droits de l'homme relatif au droit à un environnement sain ;

Appréciant que l'accès du public à l'information et à la justice ainsi que sa participation au processus décisionnel, reconnus dans le principe 10 de la Déclaration de Rio sur l'environnement et le développement comme des droits de l'homme essentiels, ont été formalisés dans la Convention sur l'accès à l'information, la participation du public et l'accès à la justice en matière d'environnement (Convention d'Aarhus, 1998) ;

Considérant les Lignes directrices CM(2017)83 relatives à la participation civile aux décisions politiques du 27 septembre 2017 et la Recommandation CM/Rec(2018)4 du 21 mars 2018 adoptées par le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe sur la participation des citoyens à la vie publique au niveau local ;

Soutenant la déclaration du Rapporteur spécial des Nations unies pour les droits de l'homme et l'environnement du 8 octobre 2018 lors de la publication du dernier rapport du GIEC : « Le changement climatique est considéré comme l'une des plus grandes menaces pour les droits de l'Homme… Il a et aura des effets dévastateurs sur un large éventail des droits de l'homme notamment le droit à la vie, à la santé, à l'alimentation, au logement et à l'eau, ainsi que le droit à un environnement sain. » ;

Considérant le rapport précité qui rappelle l'urgence absolue de respecter les Accords de Paris pour maintenir l'augmentation de la température mondiale en-dessous de 1,5° ;

 

les ONG internationales ayant statut participatif auprès du Conseil de l'Europe :

- affirment de la plus haute importance de placer le changement climatique en tête des priorités d'action afin d'assurer le devenir de l'humanité et de la planète ;

- sont convaincues que les solutions nécessaires et urgentes ne pourront être trouvées qu'en impliquant l'ensemble de la société civile à tous les niveaux de mobilisation et de décision ;

- demandent que les négociations internationales sortent du cadre strict des réductions des gaz à effet de serre et intègrent la protection des droits fondamentaux de tous les êtres humains, prenant en compte l'implication de tous les phénomènes liés au changement climatique sur la jouissance de ces droits ;

- demandent que le respect du droit à la vie, à la dignité et à la mobilité inclue la mise en place de règles internationales qui fassent obligation aux Etats et aux institutions régionales telles que l'UE, aux pouvoirs régionaux et locaux de prendre en considération immédiate :

o la menace sur les habitats, l'eau et les ressources alimentaires que font peser les événements climatiques extrêmes et la dégradation lente des sols et des sous-sols ;

o l'évaluation régulière des risques naturels et industriels aggravés par le changement climatique ;

o La prévention des conflits politiques et sociaux liés au partage des ressources en résultant ;

o l'accueil des populations chassées de leur territoire par la montée des eaux, la raréfaction des biens vitaux ou la privation de services essentiels ;

o l'indemnisation des populations privées de leurs biens, l'aide ou assistance à ces populations ;

o la prise en compte fraternelle des populations les plus pauvres et les plus vulnérables, potentiellement les plus exposées ;

- recommandent que les Etats et les institutions régionales mettent en place des mesures réglementaires efficaces et justes, accompagnées de mesures financières incitatives pour atteindre les buts fixés dans les textes ci-avant énumérés.

pdforiginal (anglais)

(OING: Organe rassemblant 307 ONG internationales (OING) dotées du statut participatif auprès du Conseil de l'Europe)

entrées précédentes

mentions légales ::: contact ::: accueil ::: plan du site ::: FACEBOOK facebook